Légumes et plats Non classé

Pasta fresca ! Et le petit accompagnement qui va avec !…

30 juin 2010

Il y a quelques semaines, j’ai souhaité prendre des nouvelles d’une personne  que je pensais être une amie…

Mes mails, mes messages, mes appels se sont dissous dans l’indifférence…

Pourquoi ?…

Il n’y a pas si longtemps, je me serais interrogée longuement là-dessus. Plus aujourd’hui.

Le quotidien est chargé d’émotions diverses. On peut décider qu’elles sont toutes pénibles et la plus infime peut se mettre effectivement à nous pourrir la vie.

On en a plein des petites raisons quotidiennes qui font que l’on  commence  une journée toute crispée, emplie d’une tension amère  qui nous rend fort désagréable  :

– une petite tache de café sur le chemisier blanc que l’on a repassé la veille,

– une mèche de cheveu rebelle que ni le fer à lisser ni le gel extra fort du plus jeune de nos ados ne parvient à dompter…

–  un pot de confiture que notre moitié a laissé tomber dans la cuisine et dont le contenu s’est délicieusement répandu le long de la vitre du four, non sans avoir atteint le sol et dans lequel nous avons marché…

– un énervé du volant qui nous a collé aux fesses pendant 15 kilomètres en nous faisant clairement comprendre que notre conduite de mémé lui donne envie de nous rouler dessus ou de nous doubler par la droite, tout en relookant au passage notre rétroviseur…

– un mail un peu sec d’un collègue de travail qui oublie régulièrement que  le commencer par « Bonjour » et signer ses envois  est un gage de politesse…

– les courses que l’on fait en quatrième vitesse à 19 heures 45 juste avant de rentrer pendant que notre ainé  nous appelle pour nous informer que trois copains sont là et qu’ils resteraient bien pour diner  « non mais maman, tu fais simple hein, pas de problème… Heu… tu peux acheter des fajitas, c’est trop bon !… avec du guacamole ! Tu peux ?… Ah non, prends des avocats, il est meilleur le guacamole que tu fais ! Et tu prends de la viande ? Et des oignons ? Et… maman ? Tu peux prendre du coca aussi ?… »

Bref, compilez l’ensemble, saupoudrez le tout de quelques factures tombant à pic et vous serez à point pour tester d’une seule main la nouvelle agrafeuse cloueuse de chez Casto !

Les gens qui décident du jour au lendemain qu’ils n’ont plus rien à vous dire sans raison, les factures, les pressés du volant, les copains des ados affamés les soirs de grande fatigue et les taches de café… ça n’a que très très peu d’importance…

Ce qui en a, par contre, ce sont tous les autres moments qui nous passent sous le nez et que l’on oublie de savourer……

Il y a quelques jours, le patron d’un restau Italien  ou je vais déjeuner avec mes collègues et avec qui je cause « pâtes fraiches » de temps en temps, m’a gentillement offert un gros sachet de semoule de blé extra-fine pour tester à la maison…

Une de ces petites attentions qui me touche, parce qu’elle est spontanée, inattendue et que la personne en question a pensé à vous, simplement.

Cet après-midi, avec Clémence, nous avons pris le temps de préparer des pâtes fraiches avec cette semoule et nous avons savouré l’instant présent…

L’occasion d’inaugurer une machine à pâtes que j’avais commandé il y a quelques semaines (et longuement attendu !).  Clem a beaucoup aimé ce joujoux à manivelle qui permet d’obtenir des pâtes tubulaires vraiment extras !

On a mis de la farine un peu partout, on avait de la pâte plein les doigts, on a raté les premières pâtes sortant de la machine, parce qu’il fallait comprendre le coup de main pour la découpe, mais on a passé un petit moment entre filles et en cuisine… Le bonheur !

Bon, moi je suis une dingue de gadgets et d’ appareils en tout genre, mais vous pouvez vous en passer. L’avantage de ce genre de machine, c’est que ça donne un résultat impeccable et que l’on a pas besoin d’étaler la pâte hyper finement au rouleau.

Il suffit de la préparer  et de la placer ensuite dans l’appareil pendant que Clem tourne la manivelle ! Plusieurs disques de découpe, donc plusieurs tailles de format de pâtes possibles. Un appareil vraiment super pour les amateurs.

Pour la pâte,  j’ai testé moitié farine T55, moitié semoule de blé extra fine (170 gr de chaque environ). On ajoute ensuite 3 oeufs entiers, une pincée de sel et on malaxe bien la pâte jusqu’à ce qu’elle soit bien souple, ni trop sèche, ni trop collante.

Ensuite, soit on dispose d’un laminoir qui permet d’étaler la pâte sans trop se fatiguer, soit on abaisse la pâte au rouleau, de plus en plus finement, on découpe ensuite des rectangles bien réguliers qu’on roule comme un escargot et on coupe au couteau des bandes de pâtes  de la largueur qui convient. Il faut enfin bien fariner l’ensemble et laisser sécher une petite heure sur un torchon.

Pour accompagner nos pâtes fraiches, j’ai ramassé quelques légumes dans notre petit potager. Premières tomates et premières petites courgettes du jardin !

Des petits légumes tous frais pour un petit accompagnement sympa.

Ciselez deux petites échalotes et coupez trois gousses d’ail en tout petits dés.

Lavez trois jeunes courgettes et coupez les en julienne, sans retirer leur peau.

Coupez un poivron vert en petits dés.

Faire revenir l’ail et les échalotes à la poêle, dans un filet d’huile d’olive. Faire fondre sans laisser colorer. Ajouter ensuite la courgette et le poivron. Remuez sans cesse et seulement quelques minutes pour laisser les légumes légèrement croquants. Salez délicatement et poivrez légèrement.

A part, si vous le souhaitez, faire dorer des lardons allumettes natures que vous pourrez ajouter à vos assiettes.

Réservez les légumes égouttés et les lardons à part.

Plongez vos pâtes fraiches dans de l’eau bouillante salée, remuez délicatement et attendez la reprise de l’ébullition. Le temps de cuisson varie ensuite en fonction de la forme et de l’épaisseur des pâtes : on peut compter entre 3 à 7 minutes de cuisson.

N’hésitez pas à les gouter régulièrement, de manière à arrêter la cuisson dès que leur consistance vous convient. Attention cependant, les pâtes fraiches n’ont pas grand chose à voir avec les pâtes industrielles que nous connaissons bien. Elles sont fermes et se dégustent al dente.

Au moment de servir, disposez rapidement une portion de pâtes au creux d’assiettes chaudes, et répartissez dessus lardons et petits légumes.

Coupez quelques tomates cerises en quartier dans l’assiette pour donner de la couleur, et ajouter quelques brins de coriandre si vous l’aimez.

Un petit filet d’huile d’olive sur l’ensemble, un peu de fleur de sel sur les tomates et on déguste sur la terrasse avec quelques copeaux de parmesan.

Voilà…. Les pâtes fraiches, c’est convivial et chaleureux… Elles se prêtent volontiers aux mélanges que vous aimez  et peuvent se décliner toute l’année au rythme des légumes de saison.

A coup sûr, je reviendrai vous en parler ! 🙂

Partager ce billet

Vous aimerez aussi

16 Commentaires

  • Répondre Jean-louis 30 juin 2010 à 16 h 18 min

    Bonjour NAT,(bien retenu)
    Comme vous avez raison, tous ces petits tourments à qui l’on donnait de l’importance et susceptibles de nous rendre psycho-pâtes sont avec le recul à mettre au placard. Une attention spontanée, simple et généreuse nous permet de retomber sur nos « pâtes ».
    Les Pâtes-Clem deviennent donc un vrai bonheur, le plaisir de constater que l’ail se faufile délicatement entre courgettes et poivrons, bien aidée par l’échalote qui chuchote aux lardons la couleur idéale. Pendant ce temps les pâtes se baignent dans de grands remous, sortent rapidement de l’eau pour venir se pâmer au fond de l’assiette et accepter voluptueusement tous ce don de la terre. L’huile et la fleur de sel, animent avec coquetterie et bonté ce mets prestissimo.La simplicité est la plus grande oeuvre de l’humanité, un commerçant généreux, des légumes tant aimés et on se remet à croire à nouveau en l’humain.
    Les autres n’ont rien compris, la photo de votre plat aurait due être l’affiche du G20
    Amicalement

    • Répondre nat 1 juillet 2010 à 0 h 47 min

      Jean-Louis : Si tous les mails étaient aussi poétiques que vos messages, je peux vous assurer que je me passerais sans aucun problème de « bonjour » et de signature ! Mais malheureusement, la poésie se perd et la simple qualité d’écriture également.
      Pour les pasta, vous auriez adoré ! Car tout bon vivant ayant du palais ne peut que se laisser séduire par le charme d’une assiette aux parfums d’Italie…

  • Répondre LiliBox 1 juillet 2010 à 8 h 04 min

    vraiment trop mignonne cette drôle de machine!

    • Répondre nat 1 juillet 2010 à 9 h 11 min

      Lilibox : Même les gamins l’adorent ! Pratique et ludique, de quoi les initier à manger des bonnes choses et à prendre le temps de les réaliser ! 🙂

  • Répondre nelly 1 juillet 2010 à 19 h 57 min

    vos écrits sont toujours justes et sensibles, lorsque la vie nous confronte à des évènements plus graves , plus douloureux, ces  » bleus » à l’âme dont on ne guérit jamais tout à fait…le quotidien, que vous décrivez si bien ,nous apparait, non pas insignifiant, mais moins dramatique…finalement, un bon plat de pâtes, un beau coucher de soleil, le sourire d’un enfant….ça!…c’est important..( Jean Louis a , aussi, une très jolie plume…poésie et humour!! elle est pas belle la vie! bonne soirée…

    • Répondre nat 1 juillet 2010 à 22 h 39 min

      Bonne soirée Nelly…. Et dans ces importances, il y aussi ces échanges, qui, sans nous connaitre, nous réunissent….

  • Répondre Virginie 2 juillet 2010 à 10 h 52 min

    Recette géniale, plat dévoré, superbe idée, merci Nat !

    • Répondre nat 3 juillet 2010 à 12 h 30 min

      Virginie : super ! Merci pour le partage ! 🙂

  • Répondre Cécile 2 juillet 2010 à 17 h 36 min

    Et bien voilà, on ne se connait pas et pourtant je suis sous le charme de votre blog découvert au hasard de google… parce que je suis nulle en cuisine, pas inspirée, certaine que ce que j’entreprends sera juste mangeable et que j’ai 15 personnes à déjeuner dimanche… Bref, vous vous en fichez probablement mais j’aime vos photos, la musique du blog, le petit mot sur les amis qui vous disent maintenant, bon j’ai pas le temps on s’appelle et on attend encore… et puis moi aussi j’ai deux ados qui aiment agrandir la table du déjeuner ou du dîner… Hop dans mes favoris pour ne pas perdre le chemin qui mène vers vos recettes que j’étudierai plus tard… Si par hasard vous avez deux recettes de verrine genre taboulé de quinoa et mix de saumon frais et fumé, je suis preneuse, hi hi hi…

    • Répondre nat 3 juillet 2010 à 12 h 29 min

      Cécile : merci de votre message…dont je ne me fiche pas un seul instant ! Bien au contraire ! Chaque personne qui prend le temps ici de m’offrir quelques mots, me fait infiniment plaisir !
      Pour les verrines, faire cuire votre quinoa façon pilaf, avec une ou deux échalotes, ll sera plus parfumé. Ensuite, mélangez le avec des petits dés d’avocats, de jeunes courgettes crues, de poivrons rouges et de mangue. Ajoutez une petite vinaigrette à l’huile d’olive et au citron vert.
      Pour le saumon, mixer du mascarpone avec du saumon fumé. Ajoutez un peu de crème si c’est trop épais. Mettez en verrine. Ensuite, coupez le saumon frais en carpaccio et faite le « cuire » à cru, au sel et au citron. Coupez en petits dés et mettez au dessus de la base au saumon fumé. Décorez avec des brins d’aneth.

  • Répondre janna 4 juillet 2010 à 10 h 21 min

    Bonjour Nat,
    En ce dimanche quelque peu orageux dans notre ville (perpignan), je jette un oeil toujours émerveillé sur votre blog. Cette recete de pâte à l’air délicieuse, et j’ai vu que petit chou s’est régalé avec votre machine à pâte.
    Dans la vie, l’on a toujours quelques regrets… des personnes avec qui ont avait des bons moments et qui s’en savoir purquoi, au détour d’un chemin, nous ont laissé, sans que vraiment l’on sache pourquoi…
    Des amitiées que l’on croyait éternelles, qui s’en sont allées…
    Il faut touours avancer… la vie est courte, et il faut en profiter…
    Bisous Janna

    • Répondre nat 4 juillet 2010 à 21 h 03 min

      Oui Janna, sans aucun doute. La vie nous ramène à l’essentiel….

  • Répondre Calisse 13 juillet 2010 à 23 h 18 min

    Bonsoir,

    Ce message est empli de sagesse. C’est vrai que les petites attentions font toujours plaisir, surtout lorsqu’on ne s’y attend pas. Il est important de se recentrer sur l’essentiel : savoir se contenter de peu est une qualité importante (afin de ne pas être malheureux tout simplement).

    Moi je n’ai pas de Clém pour tourner la manivelle (d’ailleurs je n’ai pas la machine… sourire). Un moment partagé avec sa fille, si c’est pas géant ça…
    bonne soirée
    cath

    • Répondre nat 14 juillet 2010 à 0 h 02 min

      Cath: merci pour ce message et ces émotions partagées. L’essentiel, ce sont tous ces instants qui rythment nos vies. Savoir s’y amarrer de temps en temps pour en mesurer l’importance… Tout est là…

  • Répondre sandra 15 juillet 2010 à 17 h 14 min

    bonjour miss gadget,
    peut etre allez vous pouvoir m aider:j ‘ai acheté pour noel un appareil pour faire des petits sablés de differentes formes,mais impossible de m’en servir!!je n’ai plus le nom en tete,mais c est une sorte de piston dans lequel on met une pate et en pressant sur la poigneé ,la pate doit sortir de l’embout,mais nous n’avons rien pu faire avec julie,qui a ete bien decue!!
    peut ma pate etait elle trop dure?
    au secours nath,je suis sure que vous avez ce gadget chez vous…
    et encore merci pour cette pose allechante et poetique que je m’enpresse de lire chaque jours,( etoui,je viens faire quotidiennement un petit tour pour des idées ou des evasions intellec)
    a bientot et bones vacances

    sandra

  • Répondre à nelly Annuler la réponse