Légumes et plats

Poulet en ragout, bouillon à la coriandre, à l’éco-mijoteur…

27 septembre 2014

Je l’ai découvert par hasard, en surfant sans doute sur mes sites de prédilection, Internet « pistant » de plus en plus mes habitudes de consultation et d’intérêts et me proposant, presque à overdose parfois, tout ce qui est susceptible de m’intéresser.

Il est soudain apparu à droite de ma boite mail, en couleur, comme un gros pouf moelleux, plutôt discret au milieu de la collection de produits, matériels et ouvrages culinaires dont on me suggérait les liens et il a titillé  ainsi ma pupille et ma curiosité…

Wonderbag… Qu’est ce donc que cette chose là…

Comme chaque fois qu’un sujet m’intéresse, je passe tout d’abord des heures à lire, regarder, écouter en visionnant moult vidéos sur le sujet, souvent en anglais ou en langues inconnues pour moi et je fais alors confiance à mon ressenti.

C’est après ces recherches et un vrai coup de cœur que ce « Wonderbag » est arrivé chez moi, il y a quelques semaines, très attendu par toute la famille,  curieuse de savoir ce que j’allais bien pouvoir faire de cette étrange « coussin »…

 

wonderbag-doubleimagedef

Le principe de cet éco-mijoteur est parfaitement décrit ici et je vous laisse le soin de découvrir sa présentation mais également le projet humanitaire et écologique qui l’entoure.

Je suis de plus en plus sensible à tout ce qui peut participer à épargner la planète de ce que nos modes de vie en accéléré lui infligent. Même si ce ne sont que de tous petits gestes : ne pas laisser couler l’eau pour rien -et je transmets cette notion à mes filles depuis qu’elles sont toutes petites-,  recycler tout ce qui peut l’être (papiers, cartons, plastiques etc…), être équipée d’un composteur qui permet aux déchets alimentaires de servir à mon jardin et à ne plus grossir inutilement une poubelle déjà encombrée, utiliser et recycler les restes en cuisine (fanes et épluchures, congélation, déshydratation…), respecter les produits de saison et choisir aussi les fruits et légumes à défaut d’aspect qui restent souvent au fond des paniers de vente… C’est une participation bien modeste, mais elle est là. Et j’y suis attachée.

Le Wonderbag témoigne d’un esprit écologique, économique et participatif qui m’a séduit, et je partage aujourd’hui avec vous, si vous ne le connaissez pas, son principe d’utilisation et de fonctionnement.

Reprenant les principes de la marmite norvégienne,  cet éco-mijoteur permet de conserver la chaleur emmagasinée dans votre marmite ou votre faitout lors de la première partie de cuisson pour la terminer sans nouvel apport d’énergie. Votre préparation finit de cuire tranquillement, sans surveillance, sans risque de brûler, en vous laissant du temps pour vous consacrer à autre chose.

Voici en image le déroulement de cuisson d’une préparation classique type ragout, au « Wonderbag » (j’ai cependant corsé l’affaire par rapport à mes premiers tests, puisque j’ai utilisé, pour cette recette, un poulet fermier entier, sans le désosser).

Ingrédients  (pour 6 personnes)

1 poulet fermier entier

6 grosses pommes de terre

3 carottes

1 courgette

6 gros champignons de Paris

Quelques feuilles de blette

1 gros oignons

3 gousses d’ail

3 jolies branches de thym

Quelques feuilles de laurier

1 beau bouquet de coriandre fraiche

3 cuil à soupe de farine

Sel et poivre

Huile d’olive

1 litres à 1litre et demi d’eau.

Faites bouillir  l’eau et coupez le feu ou faites la chauffer à la bouilloire électrique. Couvrez.

Commencez par faire colorer votre poulet (peau retirée au préalable) sur toutes les faces, dans une marmite métallique, et dans un fond d’huile d’olive. Ajoutez thym frais et laurier.

preparation-poulet-en-cocottedef

Comptez environ 5 à 8 minutes de cuisson pour cette première étape. Ajoutez la farine et bien en imprégner le poulet. Ajoutez de l’ail en chemise et l’oignon coupées grossièrement en lamelles épaisses. Mélangez. Ajoutez les carottes épluchées coupées en rondelles, les pommes de terre et mélangez à nouveau. Salez et poivrez généreusement.

Ajoutez la courgette bien lavée mais non épluchée coupée en gros dés, les champignons coupés en deux et les  feuilles de blettes (pour ma part, il m’en restait, d’où cette utilisation, principe de recyclage oblige, mais vous auriez pu les remplacer par tout autre légume…) Ajoutez la coriandre ciselée et bien mélangez à nouveau. Vous en êtes à environ 15 minutes de cuisson.

double-photos-cocotte-cuisson-def

Ajoutez l’eau bouillante et mélanger. En attendant que l’ébullition reprenne dans votre marmite, à feu modéré  préparez votre Wonderbag en retirant le « couvercle » en tissu et en protégeant l’intérieur d’éventuels débordements avec une serviette ou un torchon épais.

Lorsque l’ébullition est présente, coupez le feu et installez votre cocotte bouillante (ne vous brûlez pas !) et fermée d’un couvercle étanche au centre du Wonderbag. Placez le couvercle en tissu sur le dessus de la marmite et fermez très soigneusement le Wonderbag avec la tirette intégrée. A ce stade, vous devriez avoir compté environ 25 minutes de pré-cuisson en tout.

wonderbag-double-imagedef

Et c’est là que j’adore véritablement le principe de cet éco-mijoteur : oubliez le…

Moi qui court après le temps toute la semaine, qui n’en peux souvent plus d’enchainer les timings professionnels aux timings familiaux, l’idée même de vaquer à mes occupations quelles qu’elle soit sans avoir à me soucier du repas du soir qui mijote, c’est génial…

En réalité, si j’avais voulu cuisiner mon ragout sur le feu, j’aurais du compter une bonne heure de cuisson en plus, à feu doux pour ne pas déliter mes légumes, en remuant régulièrement pour que ça n’attache pas, en surveillant le tout, en contrôlant la cuisson à cœur de mon poulet. J’aurais donc été plus ou moins « bloquée » pendant une heure et demie et j’aurais du songer à faire réchauffer mon plat le soir, à feu doux, 15 à 20 minutes de plus pour que le poulet soit bien chaud. Pas sur que les pommes de terre aient adorées, que les courgettes soient encore « en forme » et que les feuilles de blettes ne soient pas devenues marron version algues de fond sous marin…

Là, ça se passe en douceur. La chaleur accumulée au départ poursuit la cuisson, tout doucement, sans besoin de surveillance et sans utilisation d’énergie… économie… écologie… mais résistez ABSOLUMENT au désir de regarder comment les choses se passent là dedans…

Bon… J’ai donc cuisiné 25 minutes au lieu d’une heure trente + 20 minutes de réchauffage à prévoir ce soir, en principe économisées, j’ai donc pu dégager du temps pour aller faire mes courses, bouquiner ou ranger la maison (dans mon cas, les trois à la suite !) mais qu’en est il de ma cuisson, de la tendreté de mon poulet qui était peut être coloré à l’extérieur mais totalement cru à l’intérieur, de mes pommes de terres que j’aime fondantes, et de mon bouillon que je déteste s’il est trop liquide… Et surtout, qu’en est il à 19 heures alors que j’ai installé ma cocotte dans le Wonderbag vers 11h30 ce matin…

Ok… allons jeter un oeil…

cocotte-double-vue-def

Ce qui me surprend à chaque fois, c’est que lorsque j’ouvre mon Wonderbag, le couvercle de la marmite est brûlant, comme son contenu… Je m’attends à une déperdition de chaleur importante, et non… C’est chaud, c’est absolument prêt à être servi, 7 heures après… La viande a l’air parfaite, le bouillon est délicieusement parfumé, les pommes de terre sont tendres sans se décomposer, champignons et courgettes ont toujours une apparence de champignons et de courgettes, et mes filles, la tête penchée au dessus de ce qu’elles appellent le « four citrouille » se sont disputé la dégustation des légumes…

pouletc-cuit-cocotte-wonderbagdef

Et le poulet alors… Est il cuit à cœur avec seulement 25 minutes de pré-cuisson dont seulement 5 minutes entouré de bouillon brûlant  avant repos au creux du Wonderbag ?…

poulet-decoupe-def

Réponse en image… La viande est tendre et juteuse. Rien à voir avec le résultat que peuvent donner des cuissons trop poussées.

Sept heures après, pas besoin de réchauffer. Je mélange un peu le bouillon qui a épaissit grâce la farine ajoutée au départ, je sers de généreuses assiettes, bienvenues, car le temps a fraichi, ça sent bon, les saveurs et les parfums sont là et pourtant je ne me suis pas souciée un instant de préparer le repas familial du soir durant toute mon après-midi…

Assiette-poulet-prete1def

Un peu de pain de campagne, un bon vin rouge de l’Hérault et un vrai moment de plaisir gustatif à partager… avec le sentiment d’avoir en plus, un tout petit peu œuvré à cuisiner de manière plus raisonnée…

Prochaines recettes à venir ! 🙂

Bon week-end !

Partager ce billet

Vous aimerez aussi

4 Commentaires

  • Répondre NAT TCN 29 septembre 2014 à 17 h 32 min

    juste génial!…la tentation est grande de rejoindre le clan des Wonderbag-addicts!

    • Répondre nat 1 octobre 2014 à 15 h 35 min

      Nat : et je n’ai pas fini de tester ! Plein de chose à découvrir avec ce principe ! 🙂

  • Répondre lucile 3 octobre 2014 à 21 h 33 min

    Je viens d’acheter le mien ! Suis convaincue !

    • Répondre nat 5 octobre 2014 à 14 h 21 min

      Lucile : super ! Vous verrez, c’est vraiment une manière de cuisiner étonnante !

    Répondre à lucile Annuler la réponse