Du côté du sucré...

Sablés gourmands, quand il pleut dehors (et dans sa tête)…

28 novembre 2012

Je vis au cœur d’une maison d’été.

Lorsqu’il fait beau en plein mois d’aout, elle s’ouvre, accueillante et fraiche, lumineuse juste ce qu’il faut, enveloppée de son petit jardin de plantes méditerranéennes, cajolée par le chant des cigales…

L’été, lorsqu’il fait beau, j’aime cette maison qui m’a accueillie il y a un peu plus de dix ans, alors que j’avais perdu mes repères et tout ce que j’avais bâti jusque là.

J’ai mis du temps à l’aimer. Et elle aussi.

J’ai mis du temps à avoir envie d’en réchauffer les espaces.

J’ai mis du temps à la ressentir, à me ressentir vraiment, un peu chez moi…

L’été nous a apprivoisé l’une l’autre, nous à amenée à nous rencontrer, à nous découvrir et à nous aimer, enfin…

Quand l’hiver approche, lorsque la lumière commence à baisser, à ne plus s’infiltrer de la même manière à travers les carreaux de ses fenêtres, la tristesse s’insinue au cœur des pièces les plus sombres et je ne parviens à les réchauffer que le soir, à la lumière des photophores et des lampes d’ambiance disposées ça et là.

Quand l’hiver approche, le jardin pleure ses couleurs, ses parfums, et pour peu que mon esprit soit lui-même mouillé de pluie, je parviens difficilement à retrouver mes marques…

Alors je range. Je bouscule les habitudes, je déplie, défroisse, trie, réorganise, recycle, élimine tout ce qui encombre l’espace et les esprits. Un peu comme si le fait de faire de l’espace autour de soi, offrait une nouvelle dose d’espace en soi

Alors qu’une certaine pluie de tristesse m’habite depuis quelques semaines, un peu comme l’air du temps, ranger me rassure, me projette dans le calme et l’apaisant, autour d’une harmonie ainsi presque retrouvée.

Chaque objet trouve une nouvelle place, les livres se classent, les bricoles finissent d’être inutiles, le matériel se range dans de grandes boites à étiquettes au creux desquelles une liste en repère le contenu.

Quelques heures de travail, quelques heures pendant lesquelles le désencombrement succède au bazar, quelques heures durant lesquelles mon esprit se vide et se remplit au rythme de mes mouvements.

Et puis, la fin de l’après-midi s’annonçant, et les rafales de vent mouillé ne réchauffant pas véritablement le cœur, l’envie de plonger le nez dans mes bouquins m’attrape et m’offre un échappatoire bienvenu.

Gâteaux… Biscuits… Sablés…. Hum…..Tout simples… Avec une pointe de fleur de sel…

Et justement, j’ai récemment acheté (voir charte des Carnets) un petit coffret paru aux éditions Marabout, proposant un mini livre de recettes sucrées et salées et surtout, un tampon en bois avec trois belles empreintes sur le thème des « petits biscuits de Paris ».

Ce sont précisément ces empreintes qui m’ont fait craquer, car je n’apprécie pas particulièrement les coffrets culinaires « matériel/ouvrage », auxquels je reproche d’être souvent assez restrictifs. J’aime les livres « plein », ceux qui font rêver parce que leurs photographies sont belles et que la ballade gourmande qu’ils offrent titille l’esprit, les papilles et le cœur. Les coffrets ne sont  pas consultables, même si les livres existent souvent par ailleurs, vendus seuls et puis… je ne sais pas… Ils ont un petit côté aguicheur qui  me déplait en général, je ne saurais dire véritablement pourquoi.

Ce petit coffret « Sablés maison sucrés et salés » était suffisamment petit et discret pour me plaire, avec ces empreintes aux couleurs pastel et son joli tampon en bois.

Clémence m’en a voulu car j’ai oublié de l’associer à la réalisation de ces sablés, alors que justement, le jeu des empreintes et de la pâte souple et facile à travailler était parfaits pour une recette en binôme. (Pensez-y !)

Elle a elle aussi adoré le concept du joli tampon laissant sa signature dans la pâte, donnant des petites allures de « pro » à ces réalisations, façon sablés de marque, bien ronds et joliment décorés.

Pour la pâte, je n’ai pas suivi les recettes du mini livre fourni, pourtant nombreuses, et j’ai choisi une base que je réalise souvent, peu sucrée, mais ne se déformant pas à la cuisson. Ceci ne signifie pas, bien-sûr, que ce serait le cas avec les recettes de l’ouvrage, mais voilà, j’ai préféré ma valeur sûre, testée et re-testée et consacrerait une future après-midi à essayer celles proposées avec le coffret.

Suivant les recettes de pâte sablée, lorsqu’on utilise un moule à empreinte, certaines réalisations gonflent à la cuisson et l’empreinte disparait alors… ce qui est bien dommage…

Préférez le sucre glace au sucre semoule. Il donnera une texture plus souple à la pâte. On peut choisir d’utiliser des œufs entiers ou des jaunes mouillés d’un peu d’eau. On peut également remplacer les œufs par le lait, pour une texture de pâte plus serrée et c’est ce que j’ai choisi.

Commencez par mélanger ensemble le sucre glace et le lait, au fouet de manière à ce que le sucre fonde.

Ajoutez le beurre à température ambiante, coupé en morceaux et mélangez le à l’aide d’une spatule ou d’un fouet. Ajoutez la farine, la fleur de sel, poursuivez le mélange à la spatule pour commencer, puis à la main. Ne travaillez pas trop la pâte puis une fois rassemblée et bien homogène, filmez la et déposez la au frais pour environ 30 minutes.

Étalez ensuite la pâte sur une épaisseur d’environ 5 mm à l’aide d’un rouleau, sur une surface légèrement farinée.

Attention toutefois à l’utilisation du tampon avec empreinte. Si vous l’appuyez franchement sur la pâte, vous allez la pré-découper, elle adhèrera au tampon et vous ne pourrez rien faire de la pâte ainsi découpée. Il faudra débarrasser le tampon des adhérences, le nettoyer et recommencer.

Prenez donc soin, d’une part, de fariner légèrement la surface de la pâte étalée, de disposer le tampon bien droit et d’appuyer légèrement sur tout le tour de manière à ce que l’incrustation du motif ait la même profondeur. Entrainez-vous et vous comprendrez rapidement quel type de pression fonctionne ou pas.

Une fois l’empreinte réalisée, ne découpez pas le biscuit à l’aide du tampon, il n’est pas fait pour cela. Utilisez un emporte pièce ou une verrine d’un diamètre suffisant pour entourer l’empreinte principale sans l’abîmer et la découper.

Déposez délicatement vos sablés sur une plaque de cuisson garnie d’un papier sulfurisé et glissez à four chaud à 180°C durant 12 à 15 minutes. laissez les colorer si vous les aimez croustillants mais pensez que suivant leur épaisseur (plus ou moins épais) il cuiront irrégulièrement. Certains seront donc plus colorés que d’autres comme vous pouvez le constater sur la photographie ci-dessus.

Laissez refroidir vos sablés sur une grille puis glissez les dans une boite à biscuits métallique pour leur garder leur croquant.

Voila… Une petite gourmandise réconfortante pour une après-midi pluvieuse… de quoi réchauffer le cœur, les pensées et adoucir la pluie et ses larmes… d’où qu’elles viennent…

Partager ce billet

Vous aimerez aussi

5 Commentaires

  • Répondre Valérie (Franche-Comté) 29 novembre 2012 à 10 h 30 min

    Ces empreintes sont extra, rien de meilleur à faire quand il pleut en effet
    Je te souhaite une agréable journée
    Valérie.

  • Répondre Cath 30 décembre 2012 à 11 h 06 min

    Bonjour. On m’a offert pour les fêtes les mêmes tampons que je m’apprête bientôt à utiliser.
    Par contre je voulais vous dire que j’ai adoré lire votre article. On aurait dit un roman. J’aurai aimé qu’il y ait une suite. Bravo, vous êtes douée en écriture et en sablés aussi. ^^

    • Répondre nat 30 décembre 2012 à 11 h 28 min

      Cath : merci ! 🙂

  • Répondre Sylvie rOndslesmacarOns 2 janvier 2013 à 10 h 58 min

    Bonjour
    Te recette est vraiment top !
    Je me suis permise de la modifier en y ajoutant un peu de poudre d’amandes et je l’ai posté sur mon blog en mettant un lien vers ton article (bien evidemment !)

    • Répondre nat 2 janvier 2013 à 11 h 35 min

      Sylvie : ok ! pas de souci ! 🙂

    Répondre à Cath Annuler la réponse