Du côté du sucré...

Petits sablés sucrés/salés au mascarpone et à la lavande…

11 février 2008

Pas évident de mener de front toutes nos vies. Pas évident de courir dès le matin après le temps. A peine levée, c’est la course, à peine arrivée au bureau c’est l’assaut, à peine l’heure du déjeuner passée qu’il faut s’y remettre et le soir venu, c’est la course à l’envers.

17 heures 30, je quitte le bureau, 18 heures je dois récupérer le petit chou à l’école, avant que les portes de ne ferment…Entre les deux, il y a 25 minutes de trajet, n’incluant ni les bouchons éventuels, ni les feux intempestifs, ni le passage à niveau qui, à mi-chemin, chaque soir, joue avec mes nerfs en m’imposant un train qui choisi de ralentir précisément à cet endroit là, et passe sous mes yeux à la vitesse d’un cyclomoteur roulant à l’huile de paraffine…

Ces soirs là, quand j’arrive à l’école presque désespérée, persuadée que mon petit chou est déjà entouré de deux gendarmes prêts à m’infliger la pire leçon de morale au sujet de mon scandaleux retard, et que je la retrouve en train de jouer tranquillement en garderie, je me sens malgré tout comme un syphon à chantilly qui a été secoué une ou deux fois de trop…

Et quand j’arrive à la maison, l’aventure se poursuit avec trois ados en mal de liberté, révisant un BAC blanc de français impliquant un sérieux effort de révision ou un devoir de maths du genre à me plonger dans le plus déprimant des gouffres abyssal….

N’oublions pas le petit chou qui au passage réclame son petit paquet de chips (oui je sais, c’est une bien mauvaise habitude…) à corps et à cri, sauf qu’il n’y en a plus, et que s’il n’y en a plus, c’est l’apocalypse….

Je passe sur la rapidité avec laquelle ce même petit chou parvient à mettre de la pagaille un peu partout, trainant son tigre grandeur nature par la queue jusqu’au milieu de la cuisine, distribuant généreusement des croquettes aux chats et au chien avec des mains trop petites pour ne pas les semer au passage et décidant de faire de la pâte à modeler en installant la fabrique Play Doh au milieu du salon…

Vais je me permettre de dire que les ados en rajoutent ? Parfois. Mais à ce moment là, ça fait un petit moment qu’il n’y a plus de chantilly dans le syphon…

Ces soirs là, deux solutions pour détendre la tribu ! De la cuisine ou…pas de cuisine. Mais si « pas de cuisine » c’est pas bon signe. Pas bon signe du tout. C’est la soirée de la soupe de cosmonautes, la soirée « chacun-se-débrouille-j’en-ai-marre-c’est-toujours-moi-qui-doit-trouver-des-idées-de-menu- z’avez-cas-changer-de-restau-si-vous-êtes-pas-contents », la soirée de la pire des boites de conserve qui ait jamais existé sur terre pour la tribu genre choux de Bruxelles nature ou épinards sans crème.

Mais parfois, fort heureusement, l’appel de petite recette sympa est plus fort et je parviens à me remettre de mes émotions en cuisinant !

Ce soir, le traitement générique prescrit pour mes symptômes n’était autre qu’une recette de petits sablés à la lavande emprunté à l’ouvrage « Tout Fromage » aux éditions Minerva.

Je me suis servie de la recette de base, ne disposant pas de tous les ingrédients et finalement le résultat est bien sympathique, suffisamment réconfortant pour me faire oublier le rythme de ma journée.

La recette pour une trentaine de sablés :

100 gr de mascarpone
30 gr de beurre
150 gr de farine tamisée
1 jaune d’oeuf
50 gr de sucre
1 pincée de sel
Quelques tours de poivre du moulin
Des grains de sucre
Une cuil à café de fleurs de lavande.

Mélanger le beurre ramolli et le mascarpone. Ajouter le jaune d’oeuf. Ajouter ensuite le sucre, le sel, le poivre, la lavande et la farine peu à peu. Bien mélanger.
Former un boudin de pâte de 4 cm de diamètre environ et réserver au frais.
Chemiser un moule avec du papier sulfurisé et préchauffer le four th 6.

Au bout de 30 minutes, sortir la pâte et couper le boudin en tronçon d’environ 5 mm d’épaisseur. Rouler la tranche des sablés dans du sucre en grains et saupoudrez les de fleurs de lavande et d’un peu de fleur de sel.

Glisser au four pour une dizaine de minutes. Les sablés doivent colorer sur leur pourtour. Les laisser ensuite refroidir et les déguster…

Partager ce billet

Vous aimerez aussi

17 Commentaires

  • Répondre Rosa 12 février 2008 à 8 h 19 min

    Wahou, ces sablés sont sublimes! En plus, ils doivent être délicieux! Une idée très intéressante…

    Bises,

    Rosa

  • Répondre Lisanka 12 février 2008 à 8 h 53 min

    Ils sont très chouettes, très réconfortants I presume 😉

  • Répondre labas 12 février 2008 à 11 h 37 min

    ils sont magnifiques!!!

  • Répondre Chrystel 12 février 2008 à 15 h 50 min

    Tes petits sablés me tentent carrément. Ils sont vraiment très très réussis. Slurp !!!
    Bises
    Chrys

  • Répondre michette 12 février 2008 à 18 h 57 min

    Avec le mascarpone ils doivent être sympa ! je compatis pas toujours facile de travailler dehors et à la maison en même temps, j’ai connu !

  • Répondre claire 12 février 2008 à 19 h 07 min

    Tu a 4 enfants ? Et ben, je comprends ton état de stress total! Deja avec deux je cours alors 4…?!!!
    Tes biscuits ont l’air très bon! Pour l’instant je n’ai encore pas trouvé du gros sucre, encore un chose qu’on ne trouve pas en suisse ? Je ne sais pas!

    Les fleurs de lavandes : J’en ai plein le jardin, tu crois que je peux utiliser ca ? (une fois l’été venu)

  • Répondre Ghislaine 12 février 2008 à 23 h 09 min

    Hummmm un peu de douceur dans ce monde de brutes. Ils sont magnifiques tes sablés, j’en croquerais bien quelques uns… lol !

  • Répondre mickymath 12 février 2008 à 23 h 53 min

    super beaux ces biscuits!! quel stress tu passes tous les jours!! biises micky

  • Répondre Fredee 13 février 2008 à 9 h 34 min

    Viens vite voir sur mon blog! je crois bien que je t’ai tagué ce matin 😉

    Fredee

  • Répondre pascaloue 13 février 2008 à 9 h 45 min

    de bien belles petites choses dés ce matin, j’en mangerai bien avec mon p’tit déjeuner, ils sont tous mimi !!! à bientôt –

  • Répondre sophie 13 février 2008 à 11 h 00 min

    Et bien… je suis admirative de tes sablés, bien entendu… Mais ADMIRATIVE de les avoir fait alors que ta journée était si chargée ! Moi qui ne fait que la moitié de ton emploi du temps (mi-temps de travail et que deux enfants ados), je n’arrive déjà pas toujours à gérer mon temps… Je dois m’y prendre comme un manche car moi, je ne fais pas ce genre de chose après une journée comme la tienne. Chapeau !!!!

  • Répondre lory 13 février 2008 à 14 h 54 min

    olala..en parlant de supplice…ces biscuits sont terribles…qu’est ce que j’aimerai en manger 2 ou 3…!

  • Répondre Eryn 13 février 2008 à 14 h 59 min

    Ce doit être un vrai délice ! Les photos sont superbes ! Et tes macarons ci-dessous me font saliver, il faut vraiment que je m’y mette !

    Bises,

  • Répondre Virginie 13 février 2008 à 20 h 38 min

    Quelle belle idée les p’tits morceaux de sucre! Ils sont trop mignons!

  • Répondre $ha 13 février 2008 à 21 h 16 min

    A la lavande, ah… j’adore déjà !

  • Répondre Dorian 14 février 2008 à 0 h 41 min

    Je me reconnais tout à fait dans certaines de tes descriptions… même si je suis un garçon ! comme quoi… et pour me remettre de ce type de journée tes petits sablés hummm!

  • Répondre nadine 14 février 2008 à 11 h 01 min

    Que de souvenirs tu me fais revivre. Avec mes trois pingouins, c’était à peu près la même chose, la course en permanence. Je leur ai passé le flambeau et c’est maintenant eux qui vivent ces moments avec leurs enfants. Je sais maintenant, quand je les vois évoluer, quand je les vois bien dans leur peau, que toute cette énergie que l’on dépense, sert à quelque chose.
    Tes sablés sont comme je les aime, je te pique la recette.

  • Répondre à Rosa Annuler la réponse