Légumes et plats

Chiner une plaque à raviolis un dimanche matin ou comment se lancer dans les pâtes fraiches à 21 heures…

7 juin 2010

Les puces de ma petite ville, c’est le jardin des merveilles pour qui aime, comme moi, chiner des vieilleries, craquer pour des trucs bizarres, des machins kitch à souhait, des jouets, des fringues… et des ustensiles oubliés.

Habituellement, je vais y trainer toute seule, partant tôt le matin quand toute la maisonnée dort encore et revenant à l’heure du déjeuner, avec plein de petites bricoles pour toute la famille. Mais cette fois, mon homme et « Petit Chou » ont décidé de m’accompagner et c’est avec plaisir que nous avons tous trois pris le temps de flâner au gré de notre curiosité.

Certains dimanches, il y a tant de participants, tant d’étals divers que je me perds à ne rien vouloir manquer et je pense que je serais passée à côté de la trouvaille de ma journée si ma moitié n’avait pas repéré une vieille boite pleine de poussière entre une paire de grosses chaussures de marche et une pile de magazines…

C’est fou ce qu’une bêtise de ce genre peut me plaire et deux euros plus tard, la boite poussiéreuse avait rejoint d’autres bricoles dans mon sac… (Merci Seb  pour ta présence ce matin et pour ta vigilance, car je sais que lorsque tu m’accompagnes dans ce genre de ballade, c’est avant tout pour tenter de repérer ce qui pourrait me plaire…)

A l’intérieur donc, une plaque à raviolis  et un petit rouleau en bois n’ayant strictement jamais servis… Je suppose qu’ils ont  du désespérer celui ou celle à qui ils ont été offerts ou, au contraire, susciter l’enthousiasme au moment de l’achat pour finir oubliés au fond d’un placard…

Plein de choses à faire tout au long de la journée, mais ce soir, en jetant un œil sur la plaque à raviolis toute propre qui patientait sur l’égouttoir, je n’ai pas résisté au plaisir de l’utiliser, même si compte tenu de l’heure tardive et des estomacs criant famine, ce n’était vraiment pas raisonnable !

Pour la pâte, 300 gr de semoule de blé dur extra fine, 3 œufs entiers et une pincée de sel, le tout longuement pétri à la main et mis au repos enveloppé dans un film alimentaire durant une petite demi-heure. Elle m’a semblé un peu épaisse, manquant un peu d’élasticité et je tenterai donc une prochaine fois d’utiliser ma semoule en la mélangeant à de la farine de type T55.

Pendant ce temps d’attente, j’ai lancé la préparation d’une petite farce toute simple : une jeune courgette coupée en petits dés, un gros oignon ciselé, 200 gr de lardons allumettes nature poêlés dans un filet d’huile d’olive, une pointe de sel et un peu de poivre du moulin.

Lorsque l’ensemble a doré quelques minutes,  il suffit de débarrasser le tout dans un bol et laisser refroidir pour y ajouter ensuite 2 grosses cuillerées à soupe de mascarpone. Mélangez  et goutez pour rectifier l’assaisonnement si nécessaire.

Passer la pâte à raviolis au laminoir en plusieurs fois, en commençant par sélectionner l’espacement maximal. Plier la pâte en deux pour les premiers passages puis diminuer ensuite l’écartement du laminoir jusqu’à obtenir une bande de pâte très fine.

A ce stade, ne commettez pas la même erreur que moi dans un premier temps : farinez soigneusement votre bande de pâte avant de la placer sur la plaque à raviolis. Vous éviterez ainsi de vous retrouver avec un ensemble impossible à démouler…

Une fois la bande de pâte en place, faite la épouser chaque empreinte en appuyant légèrement avec les doigts et garnissez ensuite chaque alvéole avec une cuillerée à café de farce, sans donner d’épaisseur. Poser ensuite une seconde bande de pâte et passez un rouleau sur le tout de manière à ce que les raviolis se forment.

Un peu trop de farine sur mes raviolis, mais la petite mésaventure qui consiste à se retrouver avec un ensemble tout prêt mais impossible à démouler sans catastrophe ne m’a pas vraiment incitée à avoir la main légère pour le deuxième essai !

Bon, franchement, c’est tout de même très bon. Trois à quatre minutes de cuisson à peine, et les raviolis remontent en surface. Il faut ensuite faire très vite : les égoutter soigneusement, les disposer dans des assiettes toutes chaudes et les servir très simplement avec un petit filet d’huile d’olive et quelques petites feuilles de basilic. Ajoutez quelques copeaux de parmesan si vous le souhaitez ( je n’en n’avais pas, et pourtant, rien que d’y penser…)

Partager ce billet

Vous aimerez aussi

14 Commentaires

  • Répondre Jean-louis 7 juin 2010 à 15 h 57 min

    -Eh bien, on a de la chance aujourd’hui, dit-elle, suggérant déjà que les alvéoles seraient bientôt utilisées.
    -Tu as raison, je vais peut-être pouvoir rouler sur mon dos, heureusement que le monsieur a fouillé…
    -Ah oui, cela fait plus d’une vingtaine de fois que l’on nous emmène nous promener, et personne ne nous regarde, ne nous touche.
    – Remarque nous avons été enfermés pendant 40 ans, déjà prendre l’air nous faisait du bien.
    – Oui, mais là, j’ai l’impression que la petite dame brune, sait déjà qu’elle va nous cajoler, nous fariner,
    – Eh, le proprio, ils nous bradent quand même, deux euros, il fait peu de cas de merveilles comme nous.
    – T’inquiète, Nat, qu’elle s’appelle, si si c’est l’homme à ses côtés qui la nomme ainsi, va rattraper le temps perdu
    – Tu rigoles, maman disait la mignonne petite fille.
    – bon, on va pas s’engueuler pour une fois que l’on prend soin de nous.
    – Super, leur voiture est confortable, l’ambiance conviviale et amicale,
    – ah, pas mal la maison, bucolique, pleine de tendresse et d’équilibre, j’ai hâte de visiter.
    – Impossible, à la douche d’abord, tant d’années sans eau ni produit vaisselle, que du bonheur.
    – J’ai l’impression que c’est surtout la maman qui s’occupera de nous, en attendant on bronze sur la paillasse.
    – Regarde, elle sait encore faire la farce, je pensais que tout le monde avait oublié.
    – Oh, de la farine, je pense que dans quelques minutes on va enfin être utiles
    – Oh oui, je roule la pâte comme aux plus beau jours, encore quelques minutes et toi on va te recouvrir.
    – C’est fait la pâte me va à ravir et que dire des odeurs chatoyantes de la farce, je suis paré comme aux plus beaux jours.
    – Merci à vous tous,
    – Ne remercie pas encore, je crois que la « petite » brune parle de nous sur son carré à touches.
    – Super, 50 ans pour êtres connues, nous aurons certainement une bonne NAT

    • Répondre nat 7 juin 2010 à 16 h 29 min

      Jean-Louis : Vous m’avez fait rire ! J’ai eu l’impression de faire le voyage dans la boite cabossée à la place de ma plaque à raviolis ! Elle est d’ailleurs déja en poste pour une prochaine tentative. La boite est partie à la poubelle, mais le contenu, je ne le troquerait pour rien au monde ! 🙂

  • Répondre mc 7 juin 2010 à 23 h 11 min

    Qu’est ce qu’ils sont appétissants tes raviolis, j’en mangerais bien une belle assiettée !!!

    • Répondre nat 8 juin 2010 à 19 h 44 min

      Mc : c’était vraiment bon, et mes filles se sont battues pour les derniers car je n’en n’avais pas fait beaucoup. Je préfère ça, car il leur arrive de ne pas aimer du tout ce que je viens de préparer….

  • Répondre nelly 8 juin 2010 à 23 h 09 min

    et bien quelle aventure..cette plaque à raviolis, j’imagine votre bonheur de les confectionner………et jean-louis, de donner vie à cette plaque…encore un bon moment passé en votre compagnie………bonne soirée!!

    • Répondre nat 8 juin 2010 à 23 h 44 min

      Nelly : une aventure a laquelle Jean-Louis a su donner pétillance, il faut le reconnaitre en effet ! Vivement que je retourne « chiner » !! Et que l’on puisse poursuivre ! 🙂

  • Répondre janna 9 juin 2010 à 23 h 16 min

    Bonsoir Nat,
    Tes raviolis ont l’air bons, je me laisserais bien tenté par un essai…
    Mais je n’ai pas de plaque à raviolis… Plus tard peut-être… Bravo pour tes recettes qui m’émerveillent toujours autant.
    Janna

    • Répondre nat 10 juin 2010 à 9 h 44 min

      Janna : pas besoin de plaque à raviolis, si tu souhaites te lancer. J’ai eu la chance d’en trouver une que je trouve pratique et ludique, mais tu peux tout à fait t’en passer et plier simplement ta pâte à la main en forme de raviolis. L’essentiel, c’est d’utiliser de bons produits pour la pâte et que le résultat soit savoureux, ni collant, ni pâteux, ni épais…. Ca, c’est nettement plus délicat…

  • Répondre Alexandra 11 juin 2010 à 13 h 03 min

    comme j’aime ce genre de petites choses !

    • Répondre nat 11 juin 2010 à 13 h 08 min

      Alexandra : moi aussi ! 😉

  • Répondre laurenceel 14 juin 2010 à 15 h 17 min

    j’adore les foires à tout pour ça on trouve pour pas cher des ustensils bien pratiques

    • Répondre nat 14 juin 2010 à 21 h 11 min

      Laurenceel : oui, et les puces, chez moi, c’est une méga foire à trouvailles ! 🙂

  • Répondre Tiuscha 31 juillet 2010 à 7 h 03 min

    Il y a bien longtemps que j’ai plus chiné, c’est une très belle trouvaille, joliment exploitée !

    • Répondre nat 31 juillet 2010 à 20 h 27 min

      Tiuscha : merci ! 🙂
      J’adore ce genre de bricole, particulièrement quand j’ai l’impression d’avoir déniché un truc rare ! 😉

    Répondre à laurenceel Annuler la réponse