Du côté du sucré...

Crêpes que l’on ne fait pas sauter et dont la pâte ne peut attendre…

15 janvier 2008

Jadis, Il y a quelques années, je regardais sur une chaine cryptée bien connue, l’une de ses émissions en clair qui proposait différents sujets souvent sympathiques.

Animée par un présentateur connu qui en était à ses débuts,  cette émission permettait d’échapper parfois aux infos des autres chaines, lorsque les nouvelles annoncées assombrissaient le moral et donnaient envie d’échapper un cours instant à la folie du monde.

Arrivait alors Lulu, (Lucette Rousseau, restauratrice à Paris), qui venait confier quelques secrets d’une cuisine traditionnelle mais toujours gourmande, préparant les choses en direct, y allant d’un franc-parler et d’une jovialité généreuse, proposant souvent au public de venir goûter ces petites préparations…

Moi, je prenais des notes, pour tenter de reproduire les recettes qui m’avaient plu, et l’une d’elle a particulièrement marqué ma jeunesse ma mémoire…

Après la bûche, les chocolats, la galette et le bouillon de poule, bientôt les crêpes ! Et les crêpes de Lulu….c’était…comment dire…fondant comme une cuillérée de miel sur une tranche de brioche encore tiède…

En ce moment, je ressors mon petit cahier de notes, tout tacheté de gouttes d’huile (vous savez le même qui m’a servi à proposer à la « first Bolognaise day » un gratin de crêpes. (Je retrouve d’ailleurs avec nostalgie les recettes que j’adorais réaliser, mon porte-monnaie de l’époque ne me permettant pas de m’offrir de livres de cuisine…)

Ces crêpes sont spéciales et un brin scandaleuses tant elles sont savoureuses, vous obligeant à commettre, sans culpabilité aucune, l’un des sept péchés capiteux capitaux…

Contrairement aux recettes traditionnelles, cette pâte ne peut attendre et on ne la fait pas sauter, une pièce de monnaie dans la main en souhaitant bonheur et fortune.

Elle se repend dans la poêle en un grésillement empli d’allégresse (fortune et bonheur peuvent donc être tout autant souhaité…), se perfore de petits trous et reste fine comme le serait un napperon de dentelle.

Il s’agit ensuite de laisser les bords roussir, sans jamais la retourner puis de se lancer dans l’opération la plus délicate, celle de libérer la poêle de son occupante en la faisant rouler sur elle même, jusqu’à ce qu’elle rejoignent ses compagnes d’infortune…Car si vous avez dans votre cuisine quelques gourmands curieux, vous ne pourrez les empêcher d’honorer votre préparation d’une dégustation vorace immédiate !

Eloignez les donc, ces curieux, les gourmands, les enfants, les voisins, les oncles, tantes, neveux et nièces, grand-pères et grand-mères pendant que vous oeuvrez, ou l’assiette de service sera toujours désespérément vide au fur et à mesure que les crêpes y tomberont…

Sachez toutefois que la première crêpe, voire les premières, sont toujours ratées. Ne les jetez surtout pas! Elles restent délicieuses et composeront un goûter ou un dessert de choix avec un filet de sirop d’érable et un peu sucre glace.

Passons à présent aux choses plus sérieuses, puisque le tour de main à acquérir pour faire rouler ces fameuses crêpes n’est pas facile à décrire sans l’illustrer. Alors voici un petit film réalisé hier soir avec les moyens du bord !

Une première règle : la poêle doit toujours être bien graissée avec un carré de papier imbibé d’huile neutre. (Pour ceux qui n’ont pas accès au petit film, le fait de graisser la poêle permettra, une fois après l’avoir mise en position verticale, lorsque les bords de la crêpe sont colorés, d’en détacher légèrement le bord avec un couteau, tout en aidant la crêpe à rouler sur elle même jusqu’à ce qu’elle finisse le mouvement toute seule…)

Une seconde règle : toujours mélanger la pâte délicatement avant de reformer une crêpe car son secret est de contenir autant de blancs battus que de jaunes. C’est ce qui fait sa légèreté et son caractère particulier.

La recette de Lulu :

(pour une grande quantité de crêpes)

1 litre de lait 1/2 écrémé

200 g de farine

200 g de beurre (j’en ai mis 100 g)

200 g de sucre en poudre

1 gousse de vanille

8 oeufs

huile d’arachide

Faire bouillir le lait et la gousse de vanille fendue. Dès qu’il a bouilli, ajouter le beurre qui fondra dans le lait tiédissant.
Fouettez jaunes et sucre ensemble et ajoutez la farine puis le lait tiède (oter la gousse de vanille) en mélangeant au fouet. Passer cette préparation au chinois.

Monter à la main les blancs en neige pour les rendre mousseux et mélangez les à la pâte.

Huiler la poêle et verser une louche de pâte, juste suffisante pour enrober la poêle. Pas d’épaisseur surtout. Débarrasser ensuite chaque crêpe dans une assiette et dégustez les tièdes ou froides. Inutile de sucrer.

Et elles sont vraiment délicieuses….même ratées !

Partager ce billet

Vous aimerez aussi

31 Commentaires

  • Répondre fofil 15 janvier 2008 à 13 h 15 min

    tes photos me donnent fort envie de te chiper une ou deux de ces superbes crèpes!! bravo!

  • Répondre eglantine 15 janvier 2008 à 13 h 17 min

    Tes photos sont irrésistibles…. j’ai une furieuse envie de crêpes maintenant !

  • Répondre Ghislaine 15 janvier 2008 à 13 h 31 min

    Superbes photos, superbes crêpes… mais c’est trop injuste, on ne peut pas en prendre à travers l’écran. Faudra attendre de pouvoir les faire. Merci pour la recette, je vais essayer dès que possible 🙂

  • Répondre Véronique 15 janvier 2008 à 13 h 32 min

    ta recette me fait penser à une recette de crèpes un peu semblable qui est dans ma famille depuis plusieurs génération. Il faudra que je la publie les proportions sont différentes. mais c’est effectivement délicieux, et la première crèpe est toujours ratée !

  • Répondre Rosa 15 janvier 2008 à 14 h 01 min

    Une merveille! Ces crêpes délicates et si belles sont très attirantes! Mmmmmmhhh…

    Bises,

    Rosa

  • Répondre Choupette 15 janvier 2008 à 15 h 46 min

    En bas-débit je ne peux malheureusement pas profiter de la vidéo dommage, mais je vois ce que ça donne dans la poêle et c’est amusant de voir tous ces petits trous.

  • Répondre christine 15 janvier 2008 à 15 h 50 min

    elles ont en effet vraiment l’air délicieuses, je t’en chiperais bien qqs unes !

  • Répondre Golovine 15 janvier 2008 à 18 h 18 min

    Les crêpes doivent être délicieuses et lire la recette était un premier plaisir. Votre plume est alerte et imaginative. Merci ! Amitiés de Golovine en Suisse.

  • Répondre Virginie 15 janvier 2008 à 20 h 27 min

    Merci de nous faire partager cette jolie recette! Les crêpes de Lulu ont l’air terribles!
    J’adore les crêpes et après la dure journée que j’ai eu, j’aurais adoré en déguster quelques unes…

  • Répondre nadine 15 janvier 2008 à 23 h 11 min

    Nat, jeter une crêpe râtée…non mais, tu plaisantes, j’espère!!?? quand j’étais gamine j’attendais toujours la crêpe râtée quand ma mère les faisait. Je suis sûre qu’elle faisait exprès d’en louper!!! cette recette a l’air top, tu peux être sûre que je la tenterai 🙂

  • Répondre pascaloue 16 janvier 2008 à 9 h 20 min

    bravo, superbes photos si alléchantes que déjà au p’tit déjeuner j’en mangerai bien une !
    je note cette recette originale, et je les trouve terribles !!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • Répondre claire 17 janvier 2008 à 16 h 59 min

    Oh la la ca a l’air troooooooooop bon!!! (tiens c’est drole tout ces a! lol)

  • Répondre Nat 17 janvier 2008 à 19 h 13 min

    Fofil : elles se partagent volontiers !

    Eglantine : oui…je comprends…et moi je craque avec des envies furieuses de tas de trucs tentants quand je me ballade sur vos blogs ! Alors je prends ma revanche ! 😉

    Ghislaine : comment ?? Tu n’as pas l’écran ultra plat de la marque Struckmuche qui permet de tout attraper à travers ?…;)

    Véronique : oui comme toute recette, je suppose qu’il existe différentes versions. Les blancs d’oeufs font toute la diférence. Dans ta recette de famille il y en a certainement.

    Rosa : merci, et je t’assure que j’ai du mal à y résister…

    Choupette : dommage ! le film permet de voir comment la crêpe roule sur elle-même…Hop de la poele dans l’assiette. Et encore j’ai diminué la proportion de beurre dans la pâte donc c’est moins flagrant !

    Christine : elles font toujours cet effet la !

    Golovine : mille mercis, tes encouragements me font chaud au coeur !

    Virginie : come je te comprends ! Moi aussi après mes journées je craque volontiers pour quelques gourmandises, et c’est terrible parce que j’ai de vrais conflits d’intérêts avec ma balance !

    Nadine : tu as raison ! Un crime de les jeter !

    Pascaloue : cette recette est super à réaliser et franchement différente des crêpes habituelles !

    Claire : ah la la ! et tu as aussi joué sur les « oooo » ! 😉 Et tu as raison, c’est très très bon.

  • Répondre claire 18 janvier 2008 à 15 h 13 min

    J’ai mis un lien vers cette recette, j’espère que ca te dérange pas! 😀

  • Répondre Nat 18 janvier 2008 à 16 h 57 min

    Claire : Pas du tout ! Je vais faire de même pour ton billet ! 🙂

  • Répondre rita 3 février 2008 à 9 h 39 min

    Merci ! Ca faisait des années que j’essayais de retrouver cette recette ! quel plaisir de pouvoir retrouver ces merveilleuses crêpes! Merci !

  • Répondre cricri 28 février 2008 à 18 h 16 min

    Trés bonnes les crêpes de LULU, mais le but de cette pâte, c’est qu’il faut bien rouler la pâte dans la poële pour avoir des crêpes roulées et quel délice……Je fait souvent cette sorte de crêpes et les gourmands sont très surpris de voir ces petits rouleaux!!!!!

  • Répondre Nat 13 mars 2008 à 22 h 49 min

    Rita : ravie que tu aies retrouvé cette recette qui moi aussi m’avait marquée ! 😉

    Cricri : en général les gourmands craquent et la recette est originale, bien différente des crêpes que l’on connait d’habitude.

  • Répondre islyne 18 août 2008 à 16 h 36 min

    Pourquoi les miennes ne font pas de petit trous? Par contre elles roulent très bien :p Et sont super vaporeuse/moelleuse !! 🙂

  • Répondre Nat 18 août 2008 à 17 h 06 min

    Islyne : hé hé…Pas de petits trous ?…Comment est-ce possible :p Je pense que c’est en rapport avec la façon dont les blancs sont battus en neige. Il s’agit juste de les rendre légèrement mousseux et de ne pas chercher à fluidifier la pâte. Ce sont les blancs d’œufs qui rendent en effet la crêpe poreuse.

  • Répondre Emsoe 6 février 2011 à 17 h 46 min

    2008… Bon, on est en 2011 maintenant… je l’avais faite à l’époque (c’est pas si vieux…) la recette de Lulu, et j’avais adoré ! Seulement… impossible de savoir où je l’avais notée… donc MERCI !!!

    • Répondre nat 6 février 2011 à 17 h 47 min

      Emsoe : avec plaisir ! 🙂

  • Répondre lulu 5 septembre 2012 à 22 h 43 min

    MERCI!!!!! J’ai ecrit un livre LES PLAT DU JOUR DE LULU ALBIN MICHEL EN 97 IL EST ASSEZ FACILE DROLE en quatre saisons

    • Répondre nat 5 septembre 2012 à 23 h 32 min

      Lulu : et il fait partie de ma bibliothèque depuis quelques années déjà ! Je l’ai commandé en souvenir de ces crêpes qui m’avaient tant marquée ! Merci Lulu !!

  • Répondre claudine 16 novembre 2012 à 11 h 06 min

    moi je recherche la recette de pate en forme de farfadelle quelle faisait cuire au départ sans eau et il y avait des oignons,rapé des bouts de saussise.c était trop beau.si sur ton petit cahier tu l a peut etre tu serais bien gentille de me la donner.merci de me répondre.

    • Répondre nat 19 novembre 2012 à 11 h 23 min

      Claudine : je regarde cela et je te recontacte.

  • Répondre claudine 22 novembre 2012 à 8 h 26 min

    merci à toi

  • Répondre ludivine 30 août 2015 à 16 h 37 min

    Grand merci! J’ai perdu mes notes, il y a bien; sans pour autant oublier ce délices. Grâce à vous je peux refaire ces crêpes!
    Encore merci

    • Répondre nat 23 avril 2019 à 10 h 36 min

      Ludivine : avec grand plaisir !!

  • Répondre Thierry 28 janvier 2019 à 21 h 00 min

    Après toutes ces années… MERCI de m’avoir permis de retrouver cette recette ! Les meilleurs crêpes…

    • Répondre nat 23 avril 2019 à 10 h 36 min

      Les crêpes de Lulu sont les meilleures !

    Laisser une réponse