Les galets égarés

Facile ou pas…

8 février 2017

Non, ce n’est pas toujours facile « d’égarer » un galet…

Lorsque je peins, je prends le temps de soigner mon travail, je suis dans une forme de concentration et de précision ou le graphisme se pose avec une recherche d’harmonie générale à ressentir et à offrir, je m’investis dans ce que je fais, cela prends parfois quelques heures, j’aime donc mes galets…

Faire le choix ensuite de les déposer quelque part, ne pas être sûre qu’ils soient trouvés, et s’ils le sont, ne pas toujours savoir ce qu’ils deviennent, c’est alors simple et compliqué à la fois…

Simple parce que créer du lien est important pour moi. Particulièrement depuis quelques mois, mais je pense que j’ai toujours été ainsi. A la recherche du lien avec l’autre.  A la recherche d’une certaine façon de communiquer, de forcer le hasard, de casser d’une certaine façon les contours de l’individualisme et de se positionner différemment, avec un autre regard et une autre approche que celle que la société construit habituellement.

Simple parce que je suis en accord avec ce concept qui me touche et participe sans aucun doute à mon équilibre aujourd’hui.

Et difficile aussi.

Difficile car dans l’idée d’égarer un galet, il y a une forme d’abandon. Réaliser un objet, créer, peindre un support, s’exprimer, faire naitre un graphisme unique qui nous appartient au moins dans l’esprit, le temps de le rendre visuellement concret, c’est un peu de soi que l’on y dépose. « Égarer » ensuite cette création, aussi modeste soit-elle, n’est ce pas se perdre un peu au bout du compte…

J’y ai longuement réfléchi très récemment à Narbonne où je suis arrivée un 2 février pour repartir le 3, ayant au départ prévu de rester et d’arpenter certaines rues que je connais bien pour m’y être arrêtée plusieurs fois déjà au cours de mes escapades, afin d’y  « oublier » quelques galets comme je l’avais déjà fait début décembre.

Je n’ai finalement pas senti les choses et j’ai poursuivi ma route vers l’Aude et l’Ariège où je n’ai pas davantage eu le désir d’égarer les galets qui patientaient au fond de mes poches…

Et puis, sur le chemin de mon retour, le vent ayant chassé les nuages, le soleil m’a offert une douce pause sur une aire de repos, un moment de calme, et j’ai déposé l’un d’eux sur une table de pique-nique, en me demandant ce qui allait s’inscrire pour lui…

C’est presque la première fois que je me pose véritablement la question… Et pour le moment, elle reste en suspend…

Certains galets restent silencieux. D’autres sont toujours aux endroits où je les ai déposé, car je les repère en passant lorsqu’il m’arrive de revenir dans le coin où ils se sont égarés. Et il y a ceux qui me reviennent quelque part, à travers les retours que je reçois, en mots et  photographies, ceux qui ont trouvé la force de leur symbolique, l’idée du fameux lien dont je parlais plus haut. L’accueil, une idée de la générosité et du partage dans les deux sens.

Dans les semaines et les mois qui viennent, d’autres lieux viendront m’inspirer je l’espère pour poursuivre l’égrenage de ces galets peints… Et puis ce printemps ou cet été, j’aimerais beaucoup m’isoler quelques jours sur une île, au bord de l’eau et je pense à Porquerolles, l’île de Ré ou certains coins de Corse. Je prends donc tous vos conseils et vos recommandations (mailto : nathalie.marinier@gmail.com) pour de jolis endroits inspirants, avec des solutions d’hébergements simples, au coût modeste. Ou en échange de quelques galets peints ? 😉

Et pour le principe des « galets égarés », c’est par ici….

Partager ce billet

Vous aimerez aussi

2 Commentaires

  • Répondre Catherine Feintuch 9 février 2017 à 9 h 48 min

    Portcros est une ile du Midi plus sauvage que Porquerolles. Je crois que c’est une réserve naturelle.
    Pour quitter le sud, Guernesey est une ile anglo normande est une ile d’accès facile et pas cher, parce que la TVA n’y existe pas. ET le chemin de falaises est un émerveillement.
    J’aime bien tes carnets et ton imaginations.
    Bonne journée à toi.
    Katia

    • Répondre nat 9 février 2017 à 10 h 53 min

      Merci Katia. Guernesey le souci, un peu comme l’île de Ré, c’est qu’il me faut d’abord traverser toute la France en voiture pouvoir embarquer sur le ferry. Mais je vais regarder en détail parce que l’île a l’air magnifique. Merci !
      Belle journée à toi.

    Répondre à Catherine Feintuch Annuler la réponse