Humeurs

Il pleut..et ça pousse….

13 mai 2010

Le mois de mai annonce habituellement les couleurs et la douceur du Sud, le soleil est au rendez-vous, la chaleur s’insinue doucement au jardin et nous projette, les week-end, dans une atmosphère estivale qui sent bon les vacances et nous fait détester les lundis…

Ça, c’est ce qui se passe en principe chaque année à la même époque. Sauf que ces jours-ci, le sud fait franchement la gueule, et ce depuis plusieurs semaines.

Il pleut. Il pleut presque tous les jours. Et tout le monde tourne en rond…

Le jardin, c’est une source de paix, et chaque année, à la même époque,  je passe des heures les mains dans le feuillages des plantes et des arbustes et les doigts dans la terre : je bouture, je rempote, je taille, j’inspecte, je cause avec mes plantations comme si j’avais un peu perdu la boule, je m’extasie devant les départs de bourgeons de celles que je croyais perdues.  Tout ça bien sûr au soleil, sous la douce chaleur de l’été qui s’annonce. Enfin…d’habitude…

Car ces temps-ci, je cause toujours à mes plantes, mais sous la pluie, et j’ai les doigts dans la boue… Est-ce à dire que rien ne m’arrête ? Presque rien, et l’objectif de l’appareil me suit sous les gouttes, observant d’un regard humide ce qui pousse et se porte à merveille…

Car ça pousse au potager, me rappelant sans cesse qu’il y a des saisons et que beaucoup de légumes ne devraient pas encore être sur les étals des grands magasins…

Plantés il y a quelques semaines à peine, puisque le 8 mars, nous étions encore sous la neige, les poivrons sont en fleurs…

Retenue par un petit muret de pierre sèche, la terre est enrichie d’un compost maison et les légumes se passent de tout traitement. Rien pour les chenilles ou les escargots. Rien pour les insectes et les maladies. Ca pousse, tranquillement, sous la pluie….

Une future aubergine pointe le bout de son nez sous le regard admiratif de Clémence qui n’en revient pas. Comment ce légume noir et oblong peut-il être au départ si petit et si éloigné de ce que nous consommerons bientôt… Excellente approche pour enfants que ces quelques plantations gourmandes qui éveillent leur curiosité et leur fait prendre conscience du rythme des saisons. Tout ne pousse pas en même temps, le temps est précieux, la patience de rigueur et les soins indispensables.

Ca pousse aussi du côté des courgettes et des différents pieds de tomates que nous avons planté et j’espère que l’ensemble sera aussi productif que l’an passé… Les récoltes ponctuelles de ces légumes variés, même s’il s’agit d’une production fort humble nous donne des tas d’occasions de chambouler un peu les salades tristounettes ou de poêler tout cela dans un filet d’huile d’olive avec quelques gousses d’ail et une petite branche de thym frais. Des parfums et des saveurs simples, mais qui nous laissent justement de ces sensations gustatives qui ne s’oublient pas…

Il pleut, ça pousse au jardin, et ça pousse aussi dans la maison…

Une patate douce qu’on ne mangera pas …

J’attends juste avec impatience que ses branches la transforme en drôle de plante décorative en attendant de prélever  une bouture avec un talon de tubercule pour la repiquer au jardin. Elle devrait se plaire au soleil…

Notre germoir toujours aussi efficace nous offre quand à lui une forêt de jeunes pousses de soja que j’utilise pour les salades. Fraiches et croquantes , les jeunes pousses de graines germées sont très décoratives et offrent des saveurs différentes et parfois très corsées. De quoi titiller les papilles…

Enfin… il pleut, et ça pousse aussi dans la cuisine…

Le levain est à point, bien réactif et très aéré. Presque deux kilos de matière qui devraient me permettre de réaliser 4 pains dans un premier temps, et de conserver le reste pour un prochain rafraichi.

400 gr de levain, 800 grammes de farine T65, 20 grammes de sel et 600 ml d’eau tiède environ pour deux jolis pains au levain à la saveur légèrement acide. Après une dizaine d’heures  de pousse, le plaisir d’enfourner les pâtons, de regarder la magie opérer au four, la croute se former, les parfums de pain chaud envahir la cuisine…

Il pleut…

Partager ce billet

Vous aimerez aussi

6 Commentaires

  • Répondre Jean-Louis 14 mai 2010 à 12 h 49 min

    Bonjour Nat,
    Votre écriture fait de la pluie un vrai soleil. Votre jardin jubile à vous lire, certainement la raison essentielle de son propre épanouissement.
    Vos gouttes positives sont du bien-être, elles doivent se battre pour s’épancher de plaisir en votre demeure ou taper à vos carreaux quand le pain craquelle de bonheur.
    Belle journée

    • Répondre nat 15 mai 2010 à 13 h 19 min

      Jean-Louis : toujours un plaisir de vous lire. Belle journée à vous également…

  • Répondre nelly 16 mai 2010 à 20 h 37 min

    une nouvelle étoile brille au firmament, et vous lire est un réel apaisement….bonne soirée à vous Nat!

    • Répondre nat 16 mai 2010 à 20 h 59 min

      Merci Nelly, peu à peu, l’énergie de chacun retrouve un peu de force…
      Ravie également que le l’art de l’essentiel ait plu à votre fils…et mille excuses pour ne pas avoir répondu à votre gentil mail sur le sujet. Le temps passe en effet et je cours après le temps…
      Très bonne soirée à vous.

  • Répondre manue 30 mai 2010 à 22 h 13 min

    C’est vrai que c’est génial un potager, ici aussi ça pousse il a bien plu ce we donc on voit l’effet bénéfique!
    bises

    • Répondre nat 30 mai 2010 à 22 h 41 min

      Manue : oui ! Et en quelques semaines, c’est dingue ! jeunes courgettes, petits poivrons, tomates cerises, pointent le bout de leur nez… 🙂

    Répondre à nelly Annuler la réponse