Humeurs

Quand une chaine de télé fait sa cuisine…

28 août 2010

J’adore la cuisine. C’est une vraie passion et je suis une acro des bouquins, des vidéos, des articles, des hommes et femmes de l’Art qui me donnent à rêver.

La télé réalité en revanche, c’est loin d’être ma tasse de thé, et si la génération de mes filles est malheureusement tombée dedans toute petite, je n’adhère -et encore c’est un bien grand mot- qu’à très peu d’entre elles.

Et puis voilà que cette même télévision, que je maudis ouvertement devant mes filles lorsque je les vois, bouche ouverte, regarder « Secret Story », je lui trouve un certain charme quand elle vient me causer cuisine à l’oreille…

MasterChef a donc débarqué à la maison… et est parvenu, en deux épisodes à peine, à me faire sortir de mon habituelle réserve…

Rahhhhh… Je ne sais même pas par quoi commencer ! Comment dire…. La cuisine, quand ça vous porte,  même lorsque l’on est  amateur, c’est un truc qui fait vibrer. Quand je vais dans un bon restaurant, je suis comme une petite fille dans un magasin de jouets : j’ai les yeux partout, ils trainent dans les assiettes de mes voisins, ils observent  le dressage, l’esthétique,  les couleurs, les parfums, les saveurs, les textures… Je ne suis qu’une grande amoureuse de la gastronomie, sans autre connaissance que ce que ce plaisir me donne, mais bon sang, quand ça me prend, ça me transporte…

Il m’arrive de visionner des vidéos de Chef, cinq, six fois de suite, rien que pour le plaisir de m’imprégner des gestes, de la technique, de l’esthétique de certaines étapes. Et c’est aussi ce qui m’amène peu à peu à progresser en cuisine.

Quand on est un peu « drogué », si on vient vous causer « concours de cuisiniers amateurs »  forcément ça vous titille le palais, ça vous donne envie de suivre l’aventure, de voir comment ils s’y prennent, ces courageux qui osent , là ou vous perdriez tous vos moyens si on vous chronométrait en train de monter une mayo ou de ciseler finement un oignon (tiens… pourquoi je dis ça moi… ?)

J’ai donc essayé de faire taire la petite voix intérieure qui me murmurait sournoisement à l’oreille « Attention… tu connais la chaine, tu sais qu’en général, tu n’aimes pas ses programmes… » Tais toi ! Mauvaise ! Ça va causer cuisine ! Et quand on cause cuisine, j’en oublie jusqu’à mes plus grandes convictions ! »

Sauf qu’au terme des deux premiers épisodes de ce blockbuster culinaire, je crains de ne plus pouvoir désormais faire taire la petite voix…

MasterChef… Voilà réunis quelques dizaines de passionnés de cuisine.  Si je suis naïve (ne me dites pas, surtout,  que je suis très très naïve, vous me feriez de la peine…) je m’attends à ce que le casting ait été fait avec un certain engagement : qui dit concours culinaire, dit choisir des gens qui ont la patate sur le sujet, qui savent faire des trucs en cuisine, qui ont des choses à montrer et des choses à dire, qui vont vibrer et partager avec un public de fanas ce pour quoi ils sont là ! Et qu’on relègue au second rang les clichés habituels des castings Real TV.

C’est ce que je me suis dit.  Et je ne me suis -presque- pas trompée : ils sont bien là les passionnés, ceux qui vibrent. Il y en a que l’on  sent investis plus que d’autres, mais ils sont là… Il y en a même quelques uns qui sortent et sortaient (et oui, déjà éliminés) vraiment du  lot. Sauf que j’ai la détestable impression que la chaine s’en fiche…

Alors, reprenons (ah oui, je sors rarement de ma réserve, mais quand ça m’arrive, c’est  très chiant, et très long… veuillez m’en excuser…) voilà des candidats en nombre, tous là pour réaliser plus ou moins un truc, que ce soit un rêve, un projet professionnel, un challenge ou simplement une aventure.

Vous voilà vous, spectateur, que la cuisine ne laisse pas indifférent si vous êtes là, et vous attendez -après les sélections  qui vous rappellent étrangement celles de la Nouvelle Star et qui s’attardent déjà sur quelques  personnalités – que ça vous secoue un peu la passion, que ça vous titille un peu la gourmandise… Et vous n’allez pas être déçu, car on vous balance… des oignons. Des oignons par sac. Une tonne d’oignons…

Ciselez-moi ça, Messieurs, Mesdames sous-entendu « quand on ne sait pas ciseler un oignon, on ne sait pas cuisiner…. »

Bon… si les Chefs le disent, ils doivent avoir raison…

On en prend pour combien de l’oignon ? Vingt ? Trente minutes ? Moins peut-être, mais ça m’a semblé interminable…

Rattrapage : quiche lorraine… Ok… donc, les meilleurs ne cuisinent pas… Les oignons suffisent…

Le jury est implacable, les commentaires franchement blessants parfois, mais… on est dans un concours, c’est pas de la rigolade, admettons…

On est pas encore à la mayonnaise (épisode 2) mais pour ma part, elle peine à prendre… On parle cuisine quand ? La quiche, on aurait pu s’y attarder… non ? On aurait pu en parler un tout petit peu, puisqu’elle figurait au casting du rattrapage…. ? Ben non. On s’attarde beaucoup sur les désarrois des uns, des autres, avec en boucle, les mêmes visages qui reviennent, les mêmes angoisses qui se lisent dans certains regards, les mêmes absents aussi, puisque parmi les candidats, bon nombre semblent faire office de figurants pour la chaine…

Fin de l’épisode 1, et je rumine ma petite voix… « Je te l’avais dit… Ca sent la caméra qui scénarise à plein nez… Ca sent le sujet qui dérape au détriment de la passion, ça sent la mise en scène de l’humain… une fois de plus…. »

Regarde épisode 2 ? Regarde pas… ?…

Bon, pour juger, il faut se faire une opinion, donc… Episode 2 !

La mayonnaise arrive…. Et le jury de goûter les 70 mayo, trop prises pour la plupart.

Rattrapage pour les perdants : 15 000 oeufs !…. Une candidate s’exclame :  « On va nous demander de séparer les blancs des jaunes ? »…

45 minutes pour les 20 malheureux participants avec un test de « pression » : un ingrédient de base, l’œuf,  et un panel de produits variés à disposition pour l’agrémenter…. Allez… même si chacun d’entre eux  choisissaient 6 œufs à cuisiner, ça ferait 120 œufs pour le groupe… pourquoi 15000 ?….

Soit…

« C’est le moment de nous montrer ce que vous avez dans le ventre… C’est le moment de nous étonner » assène le jury d’une voix grave… Mais… comme pour les oignons, ce sont les supposés « moins bons » qui vont cuisiner… J’ai du mal à suivre…

Et j’ai encore plus de mal à comprendre pourquoi, alors que les candidats planchent enfin avec créativité sur une épreuve, on la survole, sans aucun intérêt pour la technique ou l’imaginaire de chacun.

« Alors, qu’est ce que ça fait d’être un habitué des rattrapages…. » balance le jury à l’un des participants qui avait précédemment affronté la quiche… Enjoy….

Le sabayon à l’orange qui épate les Chefs, on s’y arrête ? Ben non…

Les pâtes aux œufs  osées courageusement  par une candidate, on s’y arrête ? Ben non…

Le plat des candidats nommés en enfilade par le jury au moment de la dégustation, on s’y arrête ? non plus… D’ailleurs on ne verra ni le plat de certains, ni leur visage… A peine retiendra-t-on leur prénom…

Verdict : 10 candidats sauvés sur les 20, dont un œuf au plat pourtant qualifié de « degré zéro de la cuisine » par le jury…

Allez comprendre…

Epreuve suivante : le bœuf bourguignon de Yves Camdeborde. 45 secondes pour deviner les 23 ingrédients composant le plat…

… et 20 candidats au rattrapage… J’en déduis que ceux qui ont correctement ciselé, correctement fouetté et correctement deviné, n’auront absolument pas cuisiné depuis le « vrai » début de l’émission….

Revenons en donc à ceux qui vont plancher autour d’un  challenge intéressant ( yes !) 3 heures et 50 euros pour que les équipes fassent leurs courses au marché d’Aligre, préparent une entrée, un plat et  un dessert…

Et là, ça me porte ! La passion est bien là, elle anime chacune de ces équipes dans son challenge. Je les trouve d’ailleurs pas mal soudés pour des candidats qui ne se connaissent pas…  jusqu’à ce que la caméra bien boueuse de cette bonne  Real TV s’arrête sur l’une des candidate, fatiguée et stressée sans aucun doute par l’enjeu et vomissant son mal être dans un sac plastique…. Intéressant ? Nécessaire ? Peut on m’expliquer pourquoi il est utile de servir une telle séquence lors d’un concours culinaire ? Voilà… On rentre dans ce que je déteste…

Je continue de détester la suite et j’assume. Voila 4 équipes que l’on voit s’affairer autour de ses fourneaux, 20 candidats qui s’organisent comme de petites brigades, qui pourraient offrir leur tour de main, leur savoir-faire, leur passion, qui se débrouillent comme des pros pour certains mais… ou est la caméra ? Ou sont les explications ? Pourquoi n’entendons nous pas s’exprimer ces concurrents qui s’affairent autour de plats  intéressants ? Quelques minutes à peine et le jury renvoie deux équipes, dont l’une avait pourtant réalisé de bien jolies assiettes. Explications du jury ? Retour sur les images pour comprendre leur choix ? bah non… pas plus…

Ma mayonnaise est en train de tourner…

Ai-je besoin de m’attarder sur la boite mystère avec lesquelles les derniers candidats doivent composer ?….pas vraiment, et à regret…

Le tablier que l’on retire aux dix perdants de l’épreuve m’a même laissé une saveur bien amère dans la bouche.  Utile à nouveau, le peloton d’exécution qui scrute les visage anxieux de ceux qui craignent de partir ? Utiles les silences qui précèdent leur désignation ? Nécessaires ce balayage de caméras sur les visages de ceux que l’on sent fragiles et peu préparés par l’expérience particulière que représente le fait d’être sous le feu de la rampe un jour et retomber dans l’anonymat le plus complet le lendemain ?

Ma fille attérée me dit : « on dirait le jeu de la mort »….

Je quitte nécessairement l’univers de la cuisine à ce moment là…mais y sommes nous rentrés plus d’un instant depuis le début de cette émission ?….

Voilà un budget que je suppose assez considérable offrant un sujet passionnant pour ceux qui aiment. Un espace grandiose. Du matériel et des produits à profusion. Des candidats qui ne manquent pas, pour certains, de vrai talent.  Et en plusieurs heures d’émission la chaine n’a proposé que SA propre cuisine…. Interviews désolés et emplis d’une espérance presque ultime, morceaux sans doute choisis, triés et sortis de leur vrai contexte, personnalités avec lesquelles on a décidé de jouer pour le public, parce qu’elles interpellent statistiquement d’une manière ou d’une autre les fans de télé réalité.

Où est la cuisine ? Ou est la passion ? Que fait-on de ce que ces candidats ont réellement à offrir ?…

Episode 3… Regarde ?… Regarde pas ?…

Ma petite voix me murmure bien des choses à l’oreille….

Partager ce billet

Vous aimerez aussi

27 Commentaires

  • Répondre EVa. 28 août 2010 à 13 h 45 min

    Très beau billet !

    • Répondre nat 28 août 2010 à 15 h 05 min

      Eva : il me tenait à coeur. Je suis habituellement assez discrète mais là…. Pas pu m’en empêcher ! 😉
      Nawal : Les photos je n’ose pas toujours !

  • Répondre Cristina P 28 août 2010 à 14 h 12 min

    Je suis désolée, mais aucun envie de gôuter leurs plats…

  • Répondre Les Casseroles de Nawal 28 août 2010 à 14 h 42 min

    Hello,
    Ça va bien ?
    Je regarde en Replay le numéro deux et je viens te dire 😉
    Ps : Au resto tu es Intenable comme moi alors, à regarder partout dans les assiettes des autres et à sentir à droite à gauche ? pire des fois je fais même des Photos huhuhu !

  • Répondre Débo 28 août 2010 à 15 h 58 min

    J’ajouterai qu’il aurait été plus honnête de préciser au montage que les candidats ont eu en fait 1 nuit complète pour « improviser » leur rattrapage autour de l’oeuf (et non pas quelques secondes comme l’émission laisse supposer).
    Mais c’est sur que pour le moment, on parle de tout sauf de cuisine

    • Répondre nat 28 août 2010 à 16 h 00 min

      Débo : en effet….

  • Répondre Sonia 28 août 2010 à 16 h 31 min

    @Debo: desolee, mais il est dit qu’ils ont la nuit pour cogiter, puisqu’ils montrent (peut-etre dans la deuxieme partie) la grande black et 2 comperes acheter des eux et tester des recettes…m’enfin peu importe.
    Perso, je veux croire qu’une fois a l’atelier, nous aurons enfin acces a la realisations des plats etc
    Wait and see!

  • Répondre Jean-louis 28 août 2010 à 17 h 57 min

    Bonjour Nat,
    « Eh oui, notre ventre crie farine et sommes morts de pain », Pâté tic la télé réalité. Nous pensions voir des cocottes jaune, rouges ou vertes en espérant presque humer les odeurs et là « appats d’odeur »
    Le seule cocote a le micro au gosier et si la croute embellit le fromage, à la télé cela « dessert ». Le jury : un trois étoiles au style boursier, un dandy de grand chemin qui comme les poteries chinoises doit supporter les décorations mais pas le feu et un cuisinier estampillé Sud-Ouest à qui la caméra fait perdre sa verve, son talent et sa générosité, le jury donc est aux ordres de la télé Coca-Cola
    Et ces amateurs plein d’espoir « labeur au ventre » que l’on a trompé sur la marchandise. L’intérêt l’emporte sur la générosité. Triste spectacle pour tous ceux qui ont foi dans le gras.
    Pas grave nous connaissions d’avance les ingrédients de la mayonnaise industrielle. Nous nous occuperons donc de nos propres oignons, de trouver notre plaisir sur les blogs de quelques vrai(e)s passionné(e)s, nous n’aurons jamais droit aux feux de la rampe, mais notre flamme enthousiaste se nourrira du meilleur.
    Abjection votre honneur TF1, nous n’aimons que l’ivresse du homard

    • Répondre nat 29 août 2010 à 11 h 15 min

      Jean-Louis : toujours une jolie prose… un peu de poésie dans ce monde de brutes… 😉

  • Répondre jean pol creac'h 28 août 2010 à 20 h 30 min

    bonne analyse mais attention c’est comme en photo le sujet peut êter bon si les arrières plans perturbe c’est un peu dommage …pourquoi les sushis sont en fait des makis a bon entendeur

  • Répondre Val 28 août 2010 à 21 h 53 min

    Non, mais vous vous attendiez à quoi au juste????? Ils sont là pour faire de l’audience. Pour les courts de cuisine, il faut payer et aller dans un bon resto, c’est plus sûr! D’un autre côté, si on devait s’atarder sur tel ou telle chose, l’émission durerait des heures et des heures, déjà que! Moi, j’aime (sauf la 1ère émission avec ce défilé de plats sans intérêt). Je regarde pour prendre des idées, et pour les détails et les cours, je me les payerai ailleurs. Mais je préfère regarder ça plutôt que les éternels « experts Miami, …. », ça change!
    Bisous

    • Répondre nat 29 août 2010 à 11 h 11 min

      Val : chacun est en effet totalement libre de son ressenti.

  • Répondre Cali 28 août 2010 à 22 h 12 min

    Très bon article, vraiment…. qui reflète très bien ce que pensent beaucoup de personnes, moi la première !
    A la question « Episode 3… Regarde ?… Regarde pas ?… », je pense que je regarderai quand même, avec l’espoir que l’on parle un peu plus cuisine dans la mesure où les candidats se retrouvent en nombre restreint. Et puis j’ai envie de voir la suite de l’aventure pour Georgiana ……

    P.S. bravo aussi à la prose culinaire de Jean-Louis

    • Répondre nat 29 août 2010 à 11 h 17 min

      Cali : je comprends, Giorgiana est épatante !

  • Répondre watillon joelle 28 août 2010 à 22 h 48 min

    comment etre qualifiée avec trois grands oui du jury à lille et se retrouver éliminée aux oignons à paris, et voir une autre belge avec un gratin de chicons qui ne fait vraiment pas l’unanimité du jury et la voir passer et passer les épreuves!comment faire de la figuration gratuite et perdre les illusions dues aux rides (pas médiatiques du tout, du tout 😉 )

  • Répondre stephane 29 août 2010 à 22 h 09 min

    Rien a rajouter, je regarderai sans doute la prochaine émission pour voir si l’on monte un peu en intensité, mais je commence a avoir des doutes….

    • Répondre nat 29 août 2010 à 23 h 08 min

      Stéphane : hummm… si tu en as, c’est à craindre… mais je pense que moi aussi, je me risquerai à jeter un oeil…

  • Répondre L'électricien 30 août 2010 à 21 h 34 min

    Qui a raison?…
    …la montagne ou la vallée? demandait l’enfant…
    Certains répondaient « la montagne »,
    d’autres « la vallée »,
    certains « les makis » parce qu’ils aimaient la Corse
    mais pas l’orthographe…
    de leur côté, ni la « montagne » ni la « vallée » ne se faisaient de sushis…
    ils étaient…tout simplement…
    mais devant tous ces avis l’enfant commença à croire qu’il y a une bonne réponse aux questions…
    et il devint adulte…

  • Répondre vanessa 31 août 2010 à 10 h 41 min

    eh bien, je n’ai pas regardé, et je crois bien avoir eu raison !

    • Répondre nat 31 août 2010 à 14 h 01 min

      Vanessa : disons pour le moment, tu peux regarder, mais tu peux lire le dernier Jim Harisson et préparer des confitures en même temps, tu ne devrais pas manquer grand chose….
      Peut-être que les prochains épisodes…

  • Répondre sandra 1 septembre 2010 à 12 h 05 min

    coucou nath
    si tu as canal sat, vas vite sur la chaine 42!!!
    TV CUISINE (site web idem)
    je suis branchée presque 24h/24h ,
    tu trouveras surement ton bonheur,comme moi!!!
    bisou

    sandra

  • Répondre Mag35 1 septembre 2010 à 18 h 21 min

    Que de critiques objectives !! Je suis tellement d’accord avec vous Nath…

    Mais je pense malgré tout ne pouvoir résister à la prochaine diffusion. J’attends en effet avec impatience le moment où cette petite pétasse belge, sans grand savoir-faire culinaire, se fera enfin recaler…

    Je ne désespère pas non plus de voir se révéler de vrais virtuoses de la cuisine telle que nous la concevons chez nous entre amis, en toute convivialité…

    Mais il ne s’agit que d’une émission, et qui dit émission, dit forcément mise en scène. Alors soyons assez intelligents pour ne pas être les dindons de la farce!! Et vive le blog de Nath !

  • Répondre Ed0 2 septembre 2010 à 16 h 32 min

    QUelle belle critique ….
    Je crois qu’on pourrait resumer l’emission en 5 minutes vraiments interessantes (visuel des plat, des gestes, …)

    Sinon: « Il m’arrive de visionner des vidéos de Chef »: des adresses particulieres?

    Merci encore

    • Répondre nat 2 septembre 2010 à 17 h 09 min

      Edouard : oui bien sûr « Cuisinez en ligne », que je suis depuis depuis les premières vidéos. Elles sont extrêmement bien faites.
      Après je passe beaucoup de temps à chercher des vidéos sur le sujet et on trouve quelques perles sur Youtube, notamment japonaises sur les découpes de poisson, la préparation des omelettes japonaises, quelques vidéos de passionnés aussi sur le pétrissage du pain, sa mise en forme etc…
      Bref, je « chine » et souvent avec bonheur ! 😉

  • Répondre laurenceel 16 septembre 2010 à 15 h 50 min

    super billet qui résume super bien ce que je pense aussi mais je m’accroche car moins de candidats on devrait plus voir la réalisation des plats plus en détail en fin j’espère!

    • Répondre nat 16 septembre 2010 à 18 h 32 min

      Laurenceel : je crois que le principe de la prod. malheureusement c’est de t’attacher à tout, sauf à la cuisine…

  • Répondre mamie caillou 26 août 2012 à 17 h 46 min

    moi c’est certain…regarde pas !
    si j’avais cuisine TV je serai certainement devant ma télé

  • Répondre à Les Casseroles de Nawal Annuler la réponse