Histoire de maison

Une terrasse… en carreaux cassés…

11 juin 2017

Tous près de ma maison, il y avait ce qu’au départ, j’avais pris pour un jardin.

J’avais alors acheté ce tout petit coin de verdure, charmée par la treille qui portait une ancienne vigne, consciente du travail immense qui m’attendait pour réhabiliter cet espace, mais persuadée qu’une fois les mauvaises herbes arrachées, avant d’entreprendre la rénovation des murs, je pourrais planter toutes sortes d’arbustes pour donner vie et couleur à ces lieux.

Seulement une fois ce petit terrain acheté et débarrassé de ses « mauvaises » herbes,  des feuilles mortes sur lesquelles elles avaient justement poussé, j’ai découvert une cour en béton qui n’avait plus grand chose à voir avec un jardin…

Que faire avec un surface vierge de tout espace de plantation ?…

J’ai tout d’abord pensé à une terrasse en bois, en récupérant des palettes trouvées deci-delà, puis j’ai pensé à briser cette mauvaise chape pour retrouver la terre ( mais débarrasser un gros volume de gravats devient vite épuisant lorsqu’il est interdit de circuler ou de stationner dans les rues du village)…

Et j’ai finalement opté pour une solution…particulière…

Au dessus de ma petite cour, il y a un espace surélevé sur lequel une maison s’est jadis effondrée. Toutes sortes de matériaux encombrent les lieux, entre ferraille et pierres anciennes, vieille vaisselle, tomettes et carreaux cassés. Ce sont ces derniers qui m’ont donné une idée…

N’ayant qu’un très modeste budget pour rénover, rebâtir et embellir, récupérer ce qui peut s’utiliser devient économique, écologique et touchant…

Parce que dans un village médiéval classé, je me voyais également assez mal investir dans un carrelage ordinaire faute de moyen, et recouvrir une partie de ma cour d’un matériau dépourvu de charme…

Alors tout doucement, au gré des weeek-end, il a fallu creuser pour déloger les morceaux de carreaux et de tomettes intéressants, en récupérer d’autres entiers et en meilleur état, porter des sacs de ciment pour tenter de fixer tout cela au sol, et glisser de la terre entre les interstices pour qu’au fil du temps, une verdure variée s’y installe…

Si les puristes m’avaient vu faire, je pense qu’ils auraient hurlé… Poser ainsi des carreaux cassés sur quelque chose qui n’a pas été ré-agréé, d’autant plus sur une mauvaise chape, avec du ciment en couche trop fine et des joints en terre… je pense que ça ferait bondir plus d’un pro… mais… comment dire… ça m’est égal… je m’en fiche…

J’aime l’idée d’avoir réutilisé ces carreaux. J’aime l’idée qu’ils soient justement cassés. J’ai choisi chacun d’eux. Ils ont toute une histoire. Certains sont recouverts de mousse, d’autres sont en faïence, certains morceaux sont en granito, ils me plaisent ainsi et tous ensemble.

On peut choisir de jeter ce qui est cassé, abimé, dépareillé.

On peut choisir de balancer tout ça sans état d’âme, parce que ce qui est ébréché, ce qui a perdu son éclat, ce que les intempéries et l’oubli ont cabossé ne représente plus rien d’estimable.

Moi j’ai justement choisi de leur donner une place. De les rendre beaux. Dans toutes leur différence et avec leur usure, leur caractère et leur histoire.

Ils sont tordus et mal jointés, tarabiscotés et souvent, pas au même niveau, mais justement. Ma terrasse est différente des autres. Unique. Et a ce titre, pour moi, toute brisée et cabossée qu’elle est, c’est la plus belle….

(Et pour les autres catégories des carnets, vous pouvez consulter la bannière défilante ou le menu en haut de page)

Partager ce billet

Vous aimerez aussi

8 Commentaires

  • Répondre Tort 12 juin 2017 à 1 h 30 min

    Bonsoir,
    pour ma part j’aime beaucoup, et comme je le dis assez souvent du moment que cela nous plaît c’est le plus important les autres avis importent peux, c’est le petit coin idéale pour se poser et se boire une bonne citronnade fait maison il ne manque plus que les cigales tsstsstss

    • Répondre nat 12 juin 2017 à 9 h 57 min

      Merci 🙂
      Les cigales ne sont pas encore là, mais les canards de la rivière s’en donnent à cœur joie, les hirondelles sont à la fête et les crapauds chantent une partie de la nuit. C’est vivant, gai, émouvant et c’est peut-être une part d’essentiel…

  • Répondre Renée Servant 12 juin 2017 à 5 h 34 min

    Bravo Nathalie, pour tout le travail que vous et vos proches avez réalisé.
    Attention à votre dos, toutefois !
    Je vous souhaite une belle journée .

    Toutes mes pensées affectueuses,

    • Répondre nat 12 juin 2017 à 9 h 59 min

      Merci Renée. Je n’ai pas encore répondu à votre mail, pardonnez moi, mais c’est toujours un grand plaisir de vous lire.
      Mon dos vit, j’ai appris à composer avec notre dialogue. Ce n’est pas toujours le beau fixe, mais il tient bon. Et moi aussi…
      Affectueuses pensées à vous.

  • Répondre Maryline 12 juin 2017 à 6 h 53 min

    Bravo, c’est superbe comme résultat, belle réussite ! J’adore, c’est plein de charme. De plus, quel bonheur de faire revivre des objets cassés que d’autres mettent au rebut. Une telle terrasse promet de bons moments cet été !

    • Répondre nat 12 juin 2017 à 10 h 01 min

      Merci Maryline ! Ce n’est pas encore fini car j’ai tamisé la terre et pas encore balayé pour que les carreaux soient propres et aient davantage d’éclat. Je vais semer entre les interstices et en principe, la verdure stabilisera tout cela tout doucement… 🙂

  • Répondre Françoise 12 juin 2017 à 13 h 03 min

    J’aime beaucoup! Tu pourrais faire des bacs surelevés (avec des palettes de bois récupérées) pour cultiver des légumes en permaculture…

    • Répondre nat 12 juin 2017 à 13 h 27 min

      Merci Françoise. Il va y avoir plein de plantes, y compris des aromatiques et quelques légumes. Pour cela, nous allons réutiliser des pierres qui font partie de la ruine qui se trouve sur le terrain et qui sont en surabondance pour en faire des bacs. Côté perma, j’ai ce qu’il faut à Castries…. Le bois se décompose et tous les déchets verts nourrissent le sol pour l’an prochain…. Les palettes que je récupère partout ou je passe vont servir à la réalisation des portes du cabanon !

    Laisser une réponse