Les carnets de Nat

Du côté du sucré...

Confiture de côtes de melons et/ou de pastèques, comme le faisait mon père…

15 juil 2014

Je me souviens t’avoir parfois observé lorsque je te voyais penché au dessus de grosses marmites de cuivre ou les fruits du verger bouillonnaient.

Je me souviens de ta posture, de tes gestes, du thermomètre à sucre qui reposait sur le côté.

Je me souviens des odeurs, des parfums. Mures, pastèques, melons, abricots, cynorhodons, mirabelles que tu mettais en pots, que nous dégustions l’été et qui ne me surprenaient pas.

A l’époque, je n’ai pas su te questionner parce qu’on me disait de te laisser tranquille.

Je n’ai pas su me faire discrète et toute petite à tes côtés, pour graver tes techniques dans mon esprit, ton savoir faire et poser les questions dont les réponses me manquent tant.

A l’époque, comme les enfants, je dégustais tes confitures sans percevoir le travail qui avait été mis en œuvre  pour ce résultat, de la cueillette à la mise en pots… Je n’y pensais pas.

Pas plus que je n’ai pensé à ce que tu me transmettes cet art de la conserve du bon, du vrai, cette démarche écologique et respectueuse de ce que la terre nous offre.

Ça me manque aujourd’hui papa.

Si je pouvais faire le chemin à l’envers, je pense que cette fois, j’oserais. Je pense que je trainerai volontiers à tes côtés pour prendre le temps de ne pas oublier, de ne pas passer à côté, de ne pas regretter.

Je pense que j’oserais, et je pense que, sous tes côtés secs et ton étrange  personnalité, tu en aurais sans doute été heureux…

De ces confitures dont tu étais le maître, celles que tu réalisais à la pastèque et au melon étaient mes préférées, avec des morceaux entiers, sucrés et fondants comme du fruit confit…

Et en cette saison chaude et lumineuse, les melons sont bien là.

Melon de Mauguio...

 

Pourquoi  appelais-tu  ça « les côtes » papa…. Parce qu’en cherchant sur le net, je ne trouve rien qui corresponde hormis la confiture d’écorce…

Je me souviens que tu achetais des cageots entiers, à la saison, pour tes confitures.

Je me souviens que nous avions du melon à tous les repas, frais, juteux et sucré.

Je me souviens que tu nous demandais de laisser un peu de chair orangée adhérant à la partie verte affleurant l’écorce au moment de la découpe et que tu ne gardais que cela. La confiture de melon à proprement parlé ne t’a jamais intéressé…

Je ne l’ai pas aussi bien fait que toi, mais l’esprit est là…

 

mains-et-melonsdef

 marmite-melon-def

Melon et pastèque dans ma marmite. Parce que tu faisais de la confiture avec ces deux fruits d’été. Seulement les « côtes », puisque tu appelais ça comme ça. Le moins de déchets possible. Exploiter le fruit au maximum de ses ressources et exploiter également le comportement de cette partie moins souple, plus fibreuse, pour qu’elle ne se décompose pas à la cuisson et qu’elle confise dans le sucre.

J’ai coupé 1 kilos des lamelles obtenues en bandelettes, et l’autre kilo en morceaux comme ci-dessus.

Je ne sais pas quelle proportion de sucre tu utilisais mais j’ai pour ma part dosé 900 g de sucre pour 1kg 200 de fruit, pour chaque série de 3 pots (en bandelettes et en morceaux).

Et puis j’ai disposé le tout dans une cocotte en fonte, chinée 2 euros dans un vide grenier… Seconde vie pour elle… Ça aussi,  tu aimais bien…

Jus de citron, puis thermomètre à sucre, comme toi, car je ne sais pas mesurer la cuisson à l’assiette. La fameuse goutte qui fige, je n’arrive pas à l’interpréter comme il faut. Alors je me fie au 105 degrés.

Mes deux kilos de fruits sucrés ont cuits séparément moins de 30 minutes et j’ai commencé à remuer lorsque l’ébullition est devenue plus serrée.

Qu’as tu fait de tes marmites à confitures papa… Aujourd’hui, j’aurais bien aimé les voir revivre… Tous ces ustensiles, ces bouquins, ces notes que je t’ai vu prendre, elles se sont égarées avec le temps. Et avec tes secrets…

marmite-melon-cuite-def

Une fois cuite, cette confiture est claire mais garnie de morceaux. Mise en pots, je les ai tout d’abord retournés jusqu’à complet refroidissement, puis stérilisés pour plus de sécurité. Je crois que de ton côté, tu coulais de la paraffine pour protéger tes préparations. Là encore quelques brides de souvenirs mais rien de bien précis… malheureusement…

mise-en-pot-3-images-def

Voilà. Ce billet est pour toi.

Cet espace existait à peine lorsque le temps a décidé pour toi. Et tu n’étais alors pas en mesure de l’apprécier.

Si les temporalités se rencontrent parfois, si les âmes s’approchent lorsque l’on pense à elles, alors j’espère que tu perçois mes pensées.

Je pense à toi papa…

compo-confituredef

© Nathalie Marinier-Julien. Textes et images régis par la licence Creative Commons
Partager ce billet

6 Commentaires

  1. Ca fait plaisir de te voir de retour sur ce blog avec de très belles photos qui mériteraient de trouver leur place dans un bouquin et une confiture pleine de nostalgies et de saveurs. Bises.

  2. chère nat je regarde avec intérêt votre blog depuis plusieurs années en silence je suis un peu une quiche en informatique votre sensibilité d’écriture et culinaire me comble moi-même étant fan de cuisine raffinée et toujours en recherche de nouveauté . aujourd’hui je m’adresse a vous pour retrouver un titre de musique sur votre play list pourriez vous m,aider ? cela remonte peut être a 1 ou 2 ans il s’agissait d’un morceau d’un orchestre philharmonique il me semble que le thème était les oiseaux je l’adorai je souhaiterai le retrouver .hélas je n’ai pas pris le soin de noter ce morceau merci beaucoup si toutefois vous pouvez m’aider bien a vous Lydia

  3. ROSSELLO LYDIA

    chère nat, je tenais à vous dire combien vos récits, vos témoignages sont bouleversants et une fois de plus celui-ci sur votre papa est très touchant . . parfois les larmes me submergent à la fois d’émotions et de plaisir tellement vos mots sont enveloppes de douceur d’amour de bienveillance et de tendresse.
    la charge émotive et dense de votre écriture est un vrai bonheur .
    Même quand c’est triste vous arrivez à nous transmettre une partie de rêve qui nous relie un peu à notre propre vécu .parfois je me dis que vous devriez utiliser ce potentiel à écrire un roman ….c’est merveilleux vous vous donnez envie de cuisinez et de lire j’adore bien a vous Lydia

  4. nat

    Très touchée de vos mots Lydia… Mille mercis….

  5. chère nat merci pour ce blog plein de merveilles
    je vous trouve très touchante vous avez bouleverse mon cœur
    votre témoignage au papa m’a ému aux larmes me ramenant au souvenir de mon propre « papa »
    j’ai fait les tartelettes aux poivrons ce fut un délice et je compte faire la tatin de légumes la votre donne l’eau à la bouche en plus d etre une œuvre d’art

  6. nat

    Mimi : merci mille fois pour vos douces paroles. Elles me touchent beaucoup…

Laissez un commentaire

Visitez le profil de Nathalie Marinier sur Pinterest.